Source : Bombardier Inc
ET

Déclaration concernant la décision préliminaire du département du Commerce sur les droits antidumping

Montréal, 6 octobre 2017 - « Nous sommes en profond désaccord avec la décision préliminaire du département du Commerce. Celle-ci relève d'une application excessive et totalement inappropriée de certaines lois américaines visant de toute évidence à empêcher les avions C Series d'accéder au marché des États-Unis, sans égard aux impacts négatifs sur l'industrie aéronautique, les emplois, les compagnies aériennes et les voyageurs américains.

L'approche du département du Commerce pendant toute cette enquête a fait complètement abstraction des réalités de l'industrie aéronautique. Les propres pratiques de comptabilité de programme de Boeing - le fait que Boeing vend ses avions sous le prix coûtant pendant des années suite au lancement d'un programme - irait à l'encontre de l'approche appliquée par le département du Commerce. Une telle hypocrisie est étonnante et devrait être extrêmement troublante pour tout importateur de produits complexes de haute technologie.

Les programmes d'avions commerciaux requièrent des milliards de dollars d'investissement initial et prennent des années pour offrir un rendement sur cet investissement. En limitant son enquête antidumping à une courte période de 12 mois correspondant au tout début du programme C Series, l'approche du département du Commerce aurait inévitablement produit des résultats complètement faussés.

Nous demeurons confiants qu'à la fin du processus, la Commission du commerce international des États-Unis tirera les conclusions qui s'imposent, c'est-à-dire que les avions C Series contribuent positivement à l'industrie aéronautique américaine et que Boeing n'a subi aucun préjudice. Il y a un large consensus sur ce point au sein de l'industrie. De plus, une coalition grandissante incluant des compagnies aériennes, des groupes de défense des droits des consommateurs, des experts du domaine et bien d'autres acteurs a exprimé sa profonde préoccupation à l'égard de cette tentative de Boeing qui veut obliger les compagnies aériennes américaines à acheter des avions moins efficaces, mal configurés et qui ne créent pas de valeur.

Le gouvernement des États-Unis devrait rejeter les démarches de Boeing visant à réécrire les règles du jeu à son propre avantage en imposant une taxe indirecte aux voyageurs par le biais de tarifs à l'importation injustifiés.

La déclaration du département du Commerce selon laquelle Bombardier ne coopère pas dans le cadre de l'enquête constitue une manoeuvre pour dissimuler le fait que l'agence se concentre sur des coûts de production et des prix de vente hypothétiques pour des avions qui seront importés aux États-Unis dans un futur lointain.

Comme nous l'avons expliqué à plusieurs reprises au département, Bombardier n'est pas en mesure de fournir les coûts de production des avions de Delta, pour la simple et bonne raison que ces avions n'ont pas encore été fabriqués. La tentative du département du Commerce visant à estimer des coûts de production et des prix de vente futurs est inappropriée et incompatible avec ses pratiques passées. En s'écartant des précédents et en ignorant les pratiques reconnues de l'industrie, l'agence essaie visiblement de priver les compagnies aériennes américaines des avantages des avions C Series, même si Boeing a abandonné le segment de marché desservi par ces avions il y a plus d'une décennie.

Cette démarche menace également des milliers d'emplois dans les hautes technologies aux États-Unis, étant donnée la part élevée de contenu américain qui entre dans la production des avions C Series. Plus de la moitié de chaque avion, incluant ses moteurs et ses principaux systèmes, provient de fournisseurs américains. Au cours des prochaines années, le programme C Series générera 30 milliards $ d'activités pour des fournisseurs américains et soutiendra plus de 22 700 emplois aux États-Unis. »

À propos de Bombardier
Bombardier est le leader mondial de la fabrication d'avions et de trains. Regardant vers l'avenir tout en repoussant les limites du présent, Bombardier fait évoluer la mobilité en répondant à la demande mondiale en moyens de transport plus efficaces, plus durables et plus agréables. Notre leadership résulte d'un vaste éventail de véhicules, de services et, surtout, de nos employés.

Le siège social de Bombardier est situé à Montréal, au Canada et nos actions (BBD) se négocient à la Bourse de Toronto. Pour l'exercice clos le 31 décembre 2016, nos revenus ont été de 16,3 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à l'adresse bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter : @Bombardier.

Note aux rédacteurs
Pour en savoir plus sur ce dossier, visitez notre nouveau site Web dédié : http://la-simple-verite.com/.

Bombardier et C Series sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Pour information
Simon Letendre                                                                      Patrick Ghoche
Conseiller principal,                                                                 Vice-président
Relations avec les médias et affaires publiques                    Relations avec les investisseurs
Bombardier Inc.                                                                      Bombardier Inc.
+514 861 9481                                                                        +514 861 5727