Source : Grand Challenges Canada

18 innovations en santé financées par Grands Défis Canada pour autonomiser les femmes et les filles les plus vulnérables dans le monde

Afin d’améliorer la santé des femmes et des filles en Afrique, en Asie, dans les Caraïbes et en Amérique centrale, Grands Défis Canada et ses partenaires lancent ou déploient à grande échelle 18 projets, concrétisant ainsi la nouvelle Politique d’aide internationale féministe du Canada

TORONTO, 18 déc. 2017 (GLOBE NEWSWIRE) -- Grands Défis Canada a annoncé aujourd’hui 18 projets visant à offrir à certaines des femmes et des filles les plus pauvres, les plus négligées et les plus vulnérables de l’humanité des services essentiels novateurs en santé, avec le soutien du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.

Les engagements – en Afrique (Kenya, 5 projets), Rwanda, Sierra Leone (2 projets), Togo et Ouganda (3 projets), en Asie (Afghanistan, Myanmar, Pakistan et Philippines), dans les Caraïbes (Haïti) et en Amérique centrale (Nicaragua) ­– englobent une gamme de produits et de services créatifs destinés à faire progresser l’égalité des sexes, à promouvoir la dignité humaine et à autonomiser les femmes et les filles partout dans le monde.

Les deux projets qui bénéficieront d’un important investissement de déploiement à l’échelle viseront à autonomiser les jeunes femmes et les filles et à protéger et préserver leur dignité humaine par des approches novatrices à l’amélioration de la santé menstruelle, sexuelle et reproductive :

  • Au Rwanda, on estime que 225 000 adolescentes des régions rurales auront accès à des serviettes hygiéniques abordables et de haute qualité, fabriquées à partir de fibres de banane produites localement, et que 7 300 autres adolescentes recevront une éducation sanitaire approfondie par le biais des écoles et d’organisations non gouvernementales. La combinaison de l’accès à des serviettes et de l’éducation aidera les filles à aborder les questions relatives à la menstruation et à discuter de leur corps, de leur sexualité et d’autres aspects essentiels à une saine croissance et à l’autonomisation des jeunes femmes.
    (Sustainable Health Ventures – Kigali, Rwanda – 1 000 000 $)

  • Au Kenya, le projet Bold Idea for Girls visera à réduire les infections au VIH parmi 500 adolescentes et jeunes femmes vulnérables vivant dans des quartiers informels grâce à une combinaison unique d’éducation sur le VIH et les IST, de programmes axés sur le genre et les habiletés essentielles, et de formation professionnelle et entrepreneuriale. Dans le cadre d’un essai pilote appuyé par Grands Défis Canada, le projet a réussi à améliorer les connaissances et la sensibilisation au VIH et aux pratiques et comportements sexuels à risque, à accroître l’utilisation déclarée des préservatifs et à assurer un niveau de revenu durable chez les filles du bidonville de Mukuru.
    (HOPE worldwide Kenya – Nairobi, Kenya – 135 000 $)

Les 16 projets « Étoiles en santé mondiale » à l’étape de la démonstration de principe, dont cinq sont basés au Canada, ciblent l’avancement de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, et comprennent les suivants :

  • En Afghanistan, où les hommes prennent habituellement les décisions en matière de santé pour les femmes, des innovateurs canadiens s’emploieront à éduquer les maris dans les camps de réfugiés de la région de Kaboul sur la planification familiale, mobilisant les chefs religieux pour qu’ils appuient et sanctionnent cette pratique, dans le but de changer progressivement les attitudes traditionnelles et de promouvoir l’égalité des sexes.
    (Rose Charities – Vancouver, Canada)

  • En Ouganda, un pays comptant l’une des populations les plus jeunes du monde qui est aux prises avec un chômage endémique, la culture du fruit de la passion servira de véhicule pour transmettre aux filles non scolarisées des connaissances, des habiletés essentielles et de l’information sur la santé. Les filles peuvent acquérir des compétences financières et générer grâce à l’industrie agroalimentaire les ressources nécessaires pour pratiquer la planification familiale et éduquer leurs filles – brisant ainsi le cycle de la pauvreté et bâtissant des communautés saines.
    (KadAfrica Estate Limited – Fort Portal, Ouganda)

  • Au Philippines, le pays ayant le plus haut taux de grossesse chez les adolescentes en Asie du Sud-Est, des innovateurs utiliseront la radio pour réduire l’incidence des grossesses parmi les adolescentes difficiles à rejoindre dans les régions rurales pauvres. L’émission radiophonique comportera trois grands segments : un talk-show présentant des entrevues avec des professionnels de la santé, une période de questions-réponses provenant des auditeurs par messages texte et un segment d’information de deux minutes sur des sujets comme la contraception, la menstruation et la conception.
    (Sciventions – Toronto, Canada)

Les nouveaux projets de Grands Défis Canada aident à donner forme à la Politique d’aide internationale féministe récemment adoptée par le gouvernement canadien. Cette politique adhère à une approche féministe qui fait progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles comme moyen le plus efficace de réduire la pauvreté et de bâtir un monde plus inclusif, pacifique et prospère.

Ces projets recevront un financement de 2,7 millions $CAN de Grands Défis Canada, avec le soutien du gouvernement du Canada, par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Ce financement sera complété par des douzaines de contributions de partenaires, ainsi que par la collaboration d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux dans chaque pays, représentant un investissement total de 3,9 millions $.

Citations

« Les conditions auxquelles font face les femmes et les filles dans les pays à revenu faible ou intermédiaire défient presque l’entendement, mais elles constituent la réalité quotidienne de millions de personnes. Grands Défis Canada est fier de travailler avec le gouvernement du Canada pour permettre à des innovateurs ayant de nouvelles idées audacieuses de tester des concepts qui pourraient être la clé d’une vie meilleure pour les femmes et les filles partout dans le monde et de déployer à plus grande échelle les approches innovatrices axées sur l’autonomisation des femmes et des filles qui montrent déjà des résultats prometteurs. »

- Dr Peter A. Singer, président-directeur général, Grands Défis Canada

« Grands Défis Canada et le gouvernement du Canada partagent l’engagement de faire progresser l’égalité des sexes, et de renforcer et protéger les droits des femmes et des filles. En investissant dans l’innovation, Grands Défis Canada aide à promouvoir un monde où chaque femme et chaque fille a la capacité de survivre et de s’épanouir et de jouer un rôle clé pour le développement et la paix.

- Dre Karlee Silver, vice-présidente aux programmes, Grands Défis Canada

Annexe – Description des projets

Projets de déploiement à l’échelle

Introduire des produits de santé menstruelle abordables et écologiques au Rwanda rural
Sustainable Health Ventures, Ltd. | Pays de mise en œuvre : Rwanda | 1 000 000 $

Le financement provenant de Grands Défis Canada permettra à Sustainable Health Ventures d’autonomiser environ 225 000 adolescentes difficiles à rejoindre dans les régions rurales du Rwanda en mettant à leur disposition des serviettes hygiéniques de haute qualité et d’éduquer 7 300 adolescentes sur la santé menstruelle dans plus de 100 écoles au cours des trois prochaines années.

Selon un sondage de Sustainable Health Ventures, 18 % des femmes et des filles rwandaises s’absentent de l’école et du travail chaque année parce qu’elles n’ont pas les moyens d’acheter des serviettes hygiéniques. Sustainable Health Ventures aide les femmes et les filles à mener une vie plus productive en fabriquant et en distribuant des serviettes hygiéniques abordables, en combinaison avec l’éducation et la sensibilisation en matière de santé menstruelle.

Développé grâce à un précédent financement de Grands Défis Canada, le processus breveté de Sustainable Health Ventures transforme les fibres de banane produites localement en noyau absorbant pour serviettes hygiéniques jetables sans utiliser de produits chimiques. Les serviettes sont vendues à prix abordable aux femmes ainsi qu’aux écoles, où elles peuvent être fournies aux filles qui en ont besoin.

Un programme complet de santé menstruelle destiné à réfuter les mythes et les tabous sur la menstruation dans les écoles et partout au pays, élaboré et dispensé en partenariat avec les ministères rwandais de la Santé et de l’Éducation, vient s’ajouter à ce produit. Le programme éducatif est conçu pour être intégré à la formation nationale déjà offerte aux enseignants et aux agents de santé communautaires, maximisant son impact sur les adolescentes difficiles à atteindre.

Johnson & Johnson, un partenaire clé du projet, aide Sustainable Health Ventures à passer d’un procédé de production manuel des tampons à un procédé semi-automatisé, réduisant les coûts de production et jetant les bases d’une expansion vers d’autres pays à revenu faible ou intermédiaire. Les autres partenaires comprennent la Fondation Vitol, la Fondation PIMCO, la Fondation Serena et d’autres donateurs individuels et corporatifs.

Bold Idea for Girls : promouvoir la santé sexuelle et les droits des femmes et des filles dans les bidonvilles du Kenya
HOPE worldwide Kenya | Pays de mise en œuvre : Kenya | 135 000 $

Avec un nouveau soutien de Grands Défis Canada, HOPE worldwide Kenya cherchera à réduire les infections au VIH parmi 500 adolescentes et jeunes femmes vulnérables dans les quartiers informels de Mukuru et de Dandora au Kenya, dans le cadre du projet Bold Idea for Girls.

Les filles et les femmes de 15 à 24 ans qui ne fréquentent pas l’école courent un risque disproportionné d’avoir une grossesse précoce ou de contracter une infection au VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles à cause de comportements à risque prédisposés par une piètre connaissance de la prévention, la pauvreté et le manque de responsabilisation en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs.

Le projet Bold Idea for Girls de HOPE worldwide Kenya, élaboré avec un soutien antérieur de Grands Défis Canada, réduit les comportements à risque tout en ciblant les conditions sociales et économiques – une combinaison unique d’éducation sur le VIH et les IST, de programmes axés sur le genre et les habiletés de la vie quotidienne, ainsi qu’une formation en compétences professionnelles et entrepreneuriales.

Le projet Bold Idea for Girls a montré des résultats très prometteurs. Dans un projet pilote regroupant 546 filles vivant dans le bidonville de Mukuru, à Nairobi, la connaissance et la sensibilisation au VIH et aux pratiques et comportements sexuels à risque est passée de 49 % avant le programme à 98 % après celui-ci, et l’utilisation déclarée de condoms de 13 % à 92 %. La prévalence des IST chez les 79 participantes qui se sont portées volontaires pour le dépistage des IST était de 10 %, comparativement à 32 % dans un groupe comparable de filles. La proportion de filles ayant un niveau de revenu durable est passée de 14 % avant le programme à 44 % après celui-ci.

Les partenaires financiers et en nature comprennent le US Center for Disease Control & Prevention, Plan International, Mercy Corps et Toto Health, tandis que la Fondation Wal-Mart et General Motors ont fourni un soutien en nature.

Projets de démonstration de principe

AFRIQUE

Sac à dos « Mobikits » pour améliorer la santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile
Childslife International | Pays de mise en œuvre : Kenya

Dans les bidonvilles et les zones rurales d’Afrique, de nombreuses femmes apprennent qu’elles ont le VIH lorsqu’elles reçoivent des services prénataux et d’accouchement – mais seulement 10 % des femmes des bidonvilles de Kibera, à Nairobi, reçoivent des soins prénatals.

Ce projet améliorera l’accès aux soins parmi les femmes et les filles séropositives grâce à l’utilisation de trousses natales mobiles (« Mobikits »). Ces sacs à dos, alimentés à l’énergie solaire, sont équipés d’un ordinateur et d’applications de télémédecine permettant aux professionnels de la santé de diagnostiquer et de traiter les mères et leurs bébés localement, accroissant l’accès aux soins critiques pour les femmes séropositives.

Environ 300 femmes séropositives qui sont enceintes ou ont l’intention de tomber enceintes seront recrutées. En plus de services prénatals et postnatals, des séances d’éducation seront organisées sur les grossesses saines, une saine alimentation et nutrition, l’accouchement et les mois post-partum, y compris la planification familiale, l’allaitement maternel et les soins aux mères et aux enfants.

L’initiative africaine sur les cancers liés au VPH (AHRC) : Une solution innovante pour l’auto-dépistage du cancer du col de l’utérus au Kenya
Fondation Innovative Canadians for Change (Edmonton, Canada) | pays de mise en œuvre : Kenya

Au Kenya, des innovateurs basés à Edmonton introduiront un nouveau tampon simple pour permettre aux femmes de faire l’auto-dépistage du virus du papillome humain (VPH), un précurseur des cancers du col de l’utérus et d’autres cancers. Cette nouvelle approche permet de surmonter les barrières sociales et liées au coût du diagnostic en Afrique de l’Est, où l’incidence du cancer du col de l’utérus et le taux de mortalité connexe sont les plus élevés au monde.

Moins de 4 %  des femmes à risque au Kenya subissent un dépistage en raison de toute une série d’obstacles, dont l’accès aux cliniques et / ou la disponibilité du personnel pouvant interpréter les échantillons, ainsi que les préoccupations culturelles suscitées par les examens cervicovaginaux basés sur le test de Pap.

L’innovation ouvre la porte à un auto-dépistage utilisant un prélèvement cervicovaginal et un procédé (appelé réaction en chaîne par polymérase digitale en gouttelettes) pour détecter le VPH. Les premiers essais montrent une sensibilité et une spécificité sans précédent de 92 % pour le HPV oncogène.

Facile à réaliser à un coût potentiellement inférieur à celui d’un frottis de Pap, l’échantillon peut être prélevé à la maison et l’écouvillon envoyé dans une solution de préservation pour être interprété en laboratoire. Après une étude pilote au Canada visant à valider davantage la technologie, une étude de mise en œuvre se déroulera à Nairobi dans un laboratoire créé en partenariat avec AMREF Kenya.

Conversion de la fibre de banane en serviettes hygiéniques à bas prix pour les femmes et les filles
Pad Heaven Initiative | Pays de mise en œuvre : Kenya

Les serviettes hygiéniques commerciales sont trop chères pour de nombreuses femmes et filles au Kenya, où plus de 45 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Un paquet de 8 serviettes coûte environ 1 $ US, soit beaucoup plus que le revenu quotidien de nombreux parents kenyans à faible revenu. Les femmes et les filles finissent par utiliser des morceaux de tissus et des chiffons pour contenir leur flux, ce qui entraîne des infections qui, lorsqu’elles ne sont pas traitées, peuvent constituer un risque majeur pour la santé.

Pad Heaven Initiative vise à fabriquer des serviettes hygiéniques, biodégradables et abordables en utilisant des fibres de banane produites localement, pour les fournir aux femmes et aux filles de ce pays. La fibre de banane est une solution de rechange écologique à la pâte de bois utilisée pour fabriquer les serviettes hygiéniques commerciales, et elle est largement disponible en Afrique de l’Est, qui fournit 20 % de la production mondiale de bananes.

Pad Heaven Initiative vise à produire 1 000 serviettes hygiéniques par jour, à tester l’acceptabilité des serviettes hygiéniques dans des séances de groupe avec des femmes et des filles, et à améliorer les connaissances sur l’hygiène menstruelle. On estime que 30 femmes obtiendront un emploi dans la production et la distribution de ces produits.

Icebreaker : Le marketing social pour promouvoir le préservatif féminin à des fins de planification familiale et de prévention du VIH
Predon Company Ltd. | Pays de mise en œuvre : Kenya

Les grossesses non désirées parmi les femmes célibataires de niveau collégial âgées de 15 à 19 ans sont en augmentation à Eldoret, dans l’Ouest du Kenya, entraînant des avortements non médicalisés et d’autres problèmes de santé. Seulement 36,2 % des femmes et 52,9 % des hommes âgés de 20 à 24 ans déclarent utiliser des préservatifs malgré les efforts déployés à l’échelle nationale pour accroître la sensibilisation au VIH, la distribution généralisée de préservatifs masculins et les craintes courantes de grossesse non planifiée. Les filles ont peu de contrôle et un pouvoir insuffisant pour exiger l’utilisation du préservatif pendant les rapports sexuels ou hésitent à acheter, à se procurer et à utiliser des préservatifs.

Dirigée par Predon Company, une agence de marketing et de communication au Kenya, le projet « Icebreaker » visera à promouvoir l’utilisation du préservatif féminin et la sensibilisation au VIH, en regroupant le produit et de l’information dans des trousses de soins offertes dans les salons fréquentés par les jeunes filles à proximité des collèges. Grâce aux préservatifs féminins, les femmes et les filles seront en mesure de se protéger contre une grossesse non souhaitée et une infection au VIH.

Réduire l’incidence des grossesses chez les adolescentes en Sierra Leone
IsraAID et FOCUS 1000 | Pays de mise en œuvre : Sierra Leone

La grossesse chez les adolescentes en Sierra Leone dépasse 25 %, souvent causée par la violence sexuelle et sexiste, la prostitution ou le mariage précoce. Les adolescentes enceintes doivent faire face à la stigmatisation, aggravée par un manque de soutien émotionnel, menant à des taux élevés de dépression, d’anxiété, de malnutrition et de toxicomanie. La moitié des décès d’adolescentes sont liés à une grossesse.

Ce projet combine le soutien des moyens de subsistance avec un soutien en santé mentale et psychologique, offert par des « influenceurs communautaires » à l’aide d’une technologie mobile, ainsi qu’une sensibilisation sociale visant à améliorer la santé reproductive et le bien-être mental des adolescentes enceintes, des nouveau-nés et des adolescents. La formation et la sensibilisation seront offertes en jumelant des travailleurs sociaux à des guérisseurs traditionnels et des chefs religieux, qui dirigeront ensemble des groupes de pairs.

La messagerie texte servira à recueillir des données, à éduquer les dirigeants communautaires et à offrir un soutien aux adolescentes enceintes. Du soutien sera fourni pour la création de coopératives de garde d’enfant et d’autres programmes de subsistance financièrement viables.

Bandelettes de test Ukweli pour les infections des voies urinaires
World Hope International (North Grenville, Canada) | Pays de mise en œuvre : Sierra Leone

Les femmes enceintes sont vulnérables aux infections des voies urinaires, en particulier en Afrique subsaharienne, où 30 à 50 % des femmes enceintes contracteront une infection urinaire. Les infections urinaires ne sont souvent pas diagnostiquées en raison des obstacles au dépistage, notamment le coût, l’accessibilité et la stigmatisation sociale. Cela représente un danger pour la femme enceinte et son fœtus en croissance: une infection urinaire non détectée peut se propager dans les reins et la circulation sanguine et provoquer un accouchement prématuré, une croissance intra-utérine lente, un faible poids à la naissance ou un avortement spontané.

En collaboration avec l’Université Lehigh, World Hope International développera et étudiera différentes méthodes de distribution des bandelettes de test Ukweli, un test peu coûteux pour les infections urinaires, dans les régions rurales de la Sierra Leone, où les femmes n’ont pas actuellement d’outil abordable pour le dépistage des infections urinaires. La recherche se concentrera sur la détermination du meilleur point d’entrée des bandelettes de test dans le système de soins de santé afin de pouvoir traiter les femmes rapidement et réduire le risque d’accouchement précoce.

Le projet collaborera avec des hôpitaux locaux, des cliniques et des agents de santé communautaires dans plusieurs collectivités pour procéder au dépistage et orienter les patientes vers un traitement.

Prestation intégrée de services de santé reproductive dans les cliniques et au niveau communautaire au Togo
Hope Through Health | Pays de mise en œuvre : Togo

Le Togo est un pays d’Afrique de l’Ouest où le taux de mortalité maternelle atteint 4,5 pour 1 000 naissances vivantes et le taux de mortalité infantile (chez les moins de 5 ans) atteint 78 pour 1 000 naissances vivantes.

Le modèle Hope Through Health, développé en partenariat avec le ministère de la Santé du Togo, représente une nouvelle approche des soins de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile dans ce pays, y compris la planification familiale.

Le projet forme et équipe des femmes au niveau local pour qu’elles deviennent des agentes de santé communautaires en vue d’éduquer et de recruter des femmes dans des programmes de planification familiale potentiellement transformateurs, non seulement en améliorant la disponibilité de ces programmes, mais en éliminant l’obstacle des frais d’utilisation des cliniques. Le projet assurera le mentorat et la formation continue des agents de santé communautaires dans quatre collectivités mal desservies du Nord du Togo, où la prévalence de la contraception est aussi faible que 4 %.

Programme de carte de prestations de planification familiale, Ouganda
Global Health Economics Limited | Pays de mise en œuvre : Ouganda

L’utilisation de contraceptifs a le potentiel de prévenir environ 30 % des décès maternels et 10 % des décès d’enfants dans les pays à faible revenu. Offrir l’accès universel aux contraceptifs modernes en Ouganda pourrait représenter une utilisation très rentable des ressources limitées en soins de santé et permettrait de répondre au taux élevé de besoins non satisfaits pour la planification familiale (34 % en 2011).

Le programme de carte de prestations de planification familiale (CPPF) encouragera l’adoption de services de planification familiale parmi les citadins pauvres à Kampala parmi les jeunes âgés de 18 à 30 ans, en faisant appel à des agents de santé communautaires qualifiés pour leur fournir des conseils et une orientation et recruter des participants. Développée en partenariat avec une entreprise locale de prestations de santé et des sociétés commanditaires, la carte de prestations de planification familiale assurera l’accès à des conseils et une orientation en matière de planification familiale, aux méthodes contraceptives, aux appareils et fournitures, à la contraception d’urgence et au transport vers les cliniques partenaires.

Le programme CPPF recrutera et interrogera 200 participants tout au long du programme, et formera également 10 agents de santé communautaires pour mobiliser la collectivité. L’étude emploiera à la fois des méthodes d’évaluation de l’impact sur la santé et des effets économiques pour mesurer les répercussions du programme. Un plan d’étude quasi-expérimental comportant deux pré-échantillons et post-échantillons distincts pour mesurer l’efficacité du programme et des analyses coût-efficacité et d’impact budgétaire basées sur un modèle seront réalisées.

Le programme CPPF comprend également un projet pilote de commandite d’entreprise visant à évaluer la possibilité d’un financement futur et la viabilité du programme de carte de prestations. S’il est couronné de succès, le projet sera étendu à d’autres collectivités urbaines et à d’autres groupes de femmes ayant des besoins non satisfaits élevés en matière de contraception.

Une passion pour la santé : Autonomiser les filles et bâtir des communautés saines grâce à l’industrie agroalimentaire
KadAfrica Estate Limited | Pays de mise en œuvre : Ouganda

Avec la plus jeune population du monde et un chômage endémique, les ressources familiales en Ouganda sont sous pression et les filles n’ont pas accès aux mêmes possibilités que les garçons. Moins de 50 % des filles terminent l’école primaire et moins de 1 % terminent l’école secondaire dans les zones rurales.

L’éducation influe fortement sur le comportement reproductif, la mortalité infantile et les attitudes en matière de santé. Les filles très vulnérables de l’Ouest de l’Ouganda ont souvent des comportements à risque, ce qui se traduit par une incidence élevée de grossesse chez les adolescentes et le taux de VIH/sida le plus élevé dans ce pays.

KadAfrica propose la culture du fruit de la passion comme moyen d’autonomiser les filles non scolarisées et leur transmettre des connaissances, des habiletés essentielles et de l’information sur la santé. Les filles peuvent acquérir des compétences financières et générer grâce à l’industrie agroalimentaire les ressources nécessaires pour pratiquer la planification familiale et éduquer leurs filles – brisant ainsi le cycle de la pauvreté et bâtissant des communautés saines.

KadAfrica offre un marché immédiat pour les fruits cultivés par les filles, lesquels sont vendus en gros et pour l’exportation en vue de couvrir les coûts du programme. Grâce à cette approche intégrée et durable, le projet formera plus de 6 000 filles et aura un impact sur 30 000 membres de la collectivité au cours de la prochaine décennie.

Propulser la maternité : Former les membres de l’équipe de santé du village pour améliorer les soins post-partum
Shanti Uganda Society (Vancouver, Canada) | Pays de mise en œuvre : Ouganda

En Ouganda, moins de 50 % des nouvelles mères ont accès à des soins post-partum, nombre d’entre elles ayant des perceptions négatives quant à l’opportunité de rechercher des soins hors du foyer en raison d’un accès limité aux soins et d’un manque de connaissances.

Le projet Propelling Motherhood formera et embauchera des membres de l’équipe de santé du village local pour effectuer des visites post-partum à domicile auprès d’environ 480 femmes identifiées grâce à un partenariat avec la maison des naissances Shanti Ouganda et l’hôpital du district de Luwero.

Les membres de l’équipe de santé du village recueilleront des données et feront rapport sur celles-ci en utilisant une technologie mobile développée pour le programme en vue d’améliorer le soutien décisionnel clinique, la mesure et la responsabilité.

En formant des membres de l’équipe de santé du village, le projet vise à offrir des services de soins à domicile personnalisés fonctionnant au sein des structures culturelles pour surmonter l’obstacle que posent les perceptions négatives à l’égard des soins hors des cercles familiaux et améliorer ainsi l’accès aux soins.

ASIE

Planification familiale dans les camps de réfugiés afghans : Où les hommes prennent des décisions pour les femmes en matière de santé
Rose Charities (Vancouver, Canada)) | Pays de mise en œuvre : Afghanistan

Ce projet répond à un besoin identifié dans les camps de réfugiés afghans pour de l’information et de l’aide en matière de planification familiale. L’Afghanistan a des taux élevés de mortalité maternelle et infantile, en particulier dans les camps de réfugiés, où les services de santé limités sont associés à un manque d’éducation et de counseling sur la planification familiale.

L’objectif d’avoir des familles moins nombreuses est partagé par les hommes et les femmes, mais les connaissances font défaut et, selon la coutume, les hommes prennent les décisions touchant l’accès des femmes aux services de santé. Le projet se concentre donc sur l’amélioration des connaissances et des attitudes des hommes, en s’éloignant de l’approche traditionnelle, largement infructueuse, consistant à tenter de rejoindre et d’éduquer les femmes.

S’adressant à des groupes d’hommes qui vivent dans des camps, ce projet collectif basé à Vancouver fait la promotion des avantages financiers et sanitaires de la planification familiale, avec l’appui d’aînés et d’imams respectés, contribuant à un changement d’attitude, à un meilleur dialogue conjugal et à l’accès des femmes à des services et fournitures de planification familiale.

Le projet vise également à améliorer la santé des mères en réduisant la mortalité due aux grossesses non désirées, en réduisant l’anémie chronique, en améliorant l’allaitement maternel des nourrissons et en augmentant l’interaction mère-nourrisson.

Une application de santé maternelle et infantile pour le Myanmar
Koe Koe Tech | Pays de mise en œuvre : Myanmar

Selon le Fonds des Nations Unies pour la population, sur 1 000 naissances vivantes au Myanmar, où seulement un tiers des accouchements a lieu en établissement, 2 mères et 62 enfants de moins de cinq ans décèdent, les taux les plus élevés de la région. La plupart des décès maternels sont causés par des affections traitables telles que les saignements et les infections. Un meilleur accès à l’information et aux établissements de santé est nécessaire.

Ce projet étendra à l’échelle nationale son application de téléphonie mobile « maymay » (koekoetech.com/maymay), qui renferme des renseignements de qualité sur la grossesse, les deux premières années du bébé, la nutrition et d’autres sujets, donne accès à quelque 10 000 médecins et sages-femmes, facilite la prise de rendez-vous et offre des évaluations du personnel médical.

Le nouveau financement permettra d’ajouter du contenu, notamment en matière de planification familiale, et d’offrir des services d’intervention contre la violence sexiste, de prévention des maladies infectieuses ainsi que des rapports sur les principaux indicateurs de rendement dans le domaine de la santé. La durabilité de l’application sera assurée par des recettes publicitaires et les frais de renvoi aux médecins.

Des experts de l’Université de Sydney et de UCLA évalueront les impacts de l’application.

Promouvoir la planification familiale et l’équité entre les sexes grâce à une thérapie par les pairs dans les bidonvilles urbains du Pakistan
Child Advocacy International | Pays de mise en œuvre : Pakistan

Améliorer l’utilisation des contraceptifs est une priorité élevée dans le plan national de santé du Pakistan. Ce projet vise à améliorer la demande et l’utilisation de la contraception dans les bidonvilles du Pakistan grâce à une approche de thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

S’appuyant sur la technologie de la téléphonie mobile et de la réponse vocale interactive, l’approche TCC utilisera les principes de la découverte guidée, de l’écoute empathique, de la résolution de problèmes et de l’activation comportementale pour s’attaquer aux préjugés entourant la contraception et autonomiser les femmes dans la prise de décisions.

Le projet organisera et formera des couples pour la prestation de l’intervention fondée sur la TCC, en créant des réseaux de parents travaillant avec des agents de santé communautaires pour établir des liens avec les fournisseurs de services de planification familiale privés et gouvernementaux.

Atténuer les problèmes liés à la grossesse chez les adolescentes aux Philippines
Sciventions (Toronto, Canada) | Pays de mise en œuvre : Philippines

Aux Philippines, la culture empêche de discuter de sexe, ce qui contribue au plus haut taux de grossesses chez les adolescentes en Asie du Sud-Est, lequel est passé de 6,5 % en 1996 à 10 % en 2013 – les taux les plus élevés étant observés dans les zones rurales pauvres.

Ce projet basé à Toronto utilisera la radio – le seul moyen d’atteindre les endroits les plus reculés, même ceux privés d’électricité – en diffusant une émission deux fois par semaine à Palawan, une région située au sud-ouest de Manille. L’émission comportera trois grands segments : un talk-show présentant des entrevues avec des professionnels de la santé, suivi de questions d’auditeurs envoyées par messages texte, puis un segment d’information de deux minutes.

Les sujets à traiter englobent la menstruation, la conception, la contraception et la nutrition, ce qui permet une discussion plus ouverte de ces sujets tabous. L’efficacité sera testée par des enquêtes au début du projet et après six, 12 et 15 mois.

CARAÏBES

Dépistage du cancer du col utérin chez les employées d’usine en Haïti
Innovation Health International | Pays de mise en œuvre : Haïti

Haïti manque de moyens suffisants pour dépister le cancer du col de l’utérus chez les femmes en âge de procréer, la principale cause de décès par cancer chez les femmes. Il a également été démontré que la classe ouvrière à Haïti, comme les employées d’usine, est celle qui a le moins accès aux programmes de santé et d’éducation.

Dans ce projet, des employées d’usine vont procéder à un auto-dépistage du virus du papillome humain (VPH), suivi d’un traitement, au besoin, la semaine suivante par des infirmières de l’infirmerie de l’usine. Le modèle permettra d’éduquer les femmes sur le cancer du col utérin et de leur donner accès au dépistage directement sur le lieu de travail.

Le modèle favorise la durabilité, parce que le secteur privé soutient le dépistage de la maladie au sein du personnel et la formation des infirmières, et il devrait hausser la demande de services de dépistage. Parmi les autres avantages attendus, il y a la possibilité d’offrir une éducation adéquate aux patientes dans un cadre communautaire, aucune perte de suivi et une utilisation accrue des services.

AMÉRIQUE CENTRALE 

Transformer la santé en zone rurale à long terme grâce à des groupes de santé prénatale
Fundacion Violeta Barrios De Chamorro Para La Reconciliacion y La Democracia, Nicaragua

Clínica Verde, une organisation mondiale de soins de santé, opère un prototype de clinique à Boaco, au Nicaragua. Le personnel est guidé par la compassion et la dignité envers les pauvres. La clinique adhère aux principes d’une conception durable et centrée sur l’humain et offre une éducation en nutrition et en santé pour améliorer l’auto-efficacité et les soins de santé préventifs.

Avec ce nouveau soutien, le groupe vise à transformer radicalement à long terme la santé dans les collectivités rurales mal desservies du Nicaragua en étendant son programme de nutrition prénatale à 10 nouveaux postes de santé gouvernementaux, en partenariat avec le ministère de la Santé.

Le programme offre des leçons interactives et des bilans de santé réguliers aux mères enceintes, en leur enseignant les étapes du développement fœtal, les moyens de prendre soin de leur enfant dans l’utérus, l’importance de l’allaitement, et la façon d’améliorer la nutrition pendant la grossesse. Au cours du programme, les femmes enceintes auront également l’occasion de se familiariser avec le jardinage bio-intensif, un système d’agriculture biologique permettant de produire des aliments sains.

En ciblant les mères en début de grossesse, en formant un partenariat avec le gouvernement local et le secteur de la santé publique et en créant de puissants réseaux de soutien et d’éducation, le programme aide à améliorer la santé des ménages ruraux et des femmes enceintes, en garantissant que les enfants aient un bon départ et adoptent de meilleures habitudes axées sur le mieux-être.

À propos de Grands Défis Canada
Grands Défis Canada est voué à appuyer des Idées audacieuses ayant un Grand Impact. Financé par le gouvernement du Canada et d’autres partenaires, Grands Défis Canada finance des innovateurs de pays à revenu faible ou intermédiaire et du Canada. Les idées audacieuses que Grands Défis Canada soutient intègrent des innovations scientifiques/technologiques, sociales et commerciales (ce qu’on appelle l’Innovation intégrée). L’un des plus importants investisseurs axés sur l’impact au Canada poursuivant une approche féministe en matière d’investissement, Grands Défis Canada a appuyé un pipeline de plus de 800 innovations dans plus de 80 pays. Grands Défis Canada estime que ces innovations ont le potentiel de sauver jusqu’à 1 million de vies et d’améliorer jusqu’à 28 millions de vies d’ici 2030.
www.grandsdefis.ca

DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS DES MÉDIAS

LIAM BROWN
Attaché de presse 
Grands Défis Canada
T. +1.416.583.5821 poste 5564 / M. +1.647.328.2021
liam.brown@grandchallenges.ca

Une photo accompagnant ce communiqué est disponible à http://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/761cc74d-d631-4419-b662-d04102415f5c

 

Pièces jointes: