Communiqué de presse

Paris La Défense, le 8 mars 2019

Résultats annuels 2018

EBITDA en forte progression par rapport à 2017 (+18%)

RNPG supérieur aux objectifs, en croissance par rapport à 2017 (+18%)

Forte augmentation de la part du renouvelable dans le mix, à 62 %

Le Conseil d'Administration d'Albioma, réuni le 7 mars 2019 sous la présidence de Jacques Pétry, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour l'exercice 2018.

« 2018 est une année riche pour Albioma. Marquée par la mise en service de Galion 2 à la Martinique, première centrale 100 % bagasse/biomasse en Outre-mer, et par de solides performances opérationnelles de nos installations thermiques et solaires, Albioma enregistre un EBITDA en forte croissance par rapport à 2017 (+18 %) et un résultat net part du Groupe en hausse de 18 %. Fort d'une activité particulièrement soutenue au second semestre, le Groupe s'est développé en renforçant son positionnement dans le solaire, avec l'acquisition d'Eneco France. À l'international, le Brésil reste une priorité, avec notamment la signature du contrat définitif permettant l'acquisition d'une quatrième centrale. Par ailleurs, le lancement du programme de conversion 100 % biomasse de nos centrales, en premier lieu pour la centrale Albioma Caraïbes à la Guadeloupe, et la mise en service récente de la première turbine à combustion de pointe au monde fonctionnant au bioéthanol, à La Réunion, confirment notre statut d'acteur majeur de la transition énergétique ; notre trajectoire pour atteindre un mix énergétique d'au moins 80 % de renouvelable en 2023 se confirme : fin 2018, la part d'énergie renouvelable dans notre mix s'élève à 62 %[1]. Les investissements importants engagés depuis 2013 devraient permettre de générer un EBITDA de l'ordre de 200 millions d'euros dès 2020. », commente Frédéric Moyne, Directeur Général d'Albioma.

Chiffres clés consolidés de l'exercice 2018

En millions d'euros (données auditées) 2018 2017 (publié) Var. %
Chiffre d'affaires 428,3 403,2 +6%
EBITDA 162,6 138,3 +18%
Résultat net 53,6 44,3 +21%
Résultat net part du Groupe 44,2 37,4 +18%

Le chiffre d'affaires progresse de 6 % à 428,3 millions d'euros (4 % hors effet prix des combustibles) grâce à la hausse des primes fixes liée à l'indexation contractuelle et aux récents avenants aux contrats signés avec EDF, et avec la mise en service de Galion 2. Sous les mêmes effets, l'EBITDA de l'exercice progresse de 18 % à 162,6 millions d'euros et le résultat net part du Groupe est en forte croissance de 18 % à 44,2 millions d'euros.

Faits marquants

  • Deux mises en service industriel majeures : centrale 100% bagasse/biomasse Galion 2 à la Martinique et turbine à combustion au bioéthanol, à La Réunion
  • Signature de l'avenant au contrat EDF pour la conversion 100 % biomasse de la centrale Albioma Caraïbes à la Guadeloupe
  • Renforcement dans le solaire en France métropolitaine avec l'acquisition d'Eneco France
  • Levée des conditions suspensives permettant la finalisation de l'acquisition d'une nouvelle centrale auprès de Jalles Machado au Brésil
  • Cession de l'activité de méthanisation en France
  • Évolution de l'actionnariat, avec l'entrée au capital de Impala à hauteur de 6 %

France

Biomasse thermique

Solides performances des installations thermiques en Outre-mer

La disponibilité des centrales thermiques en France s'établit à 87,9 % en 2018 (à comparer à 89,6 % en 2017), impactée par les arrêts programmés - compensés contractuellement par EDF - liés à la réalisation des travaux IED à La Réunion (centrales du Gol et de Bois-Rouge) au premier semestre 2018. L'ensemble des installations thermiques a connu un bon fonctionnement, à l'exception de la centrale de Bois-Rouge, dont l'activité a été affectée par des incidents techniques durant l'été 2018.

La production totale d'électricité des installations thermiques de l'Outre-mer français est en baisse (1 874 GWh à comparer à 2 043 GWh en 2017) notamment du fait des arrêts de longue durée réalisés dans le cadre de la mise aux normes des installations et d'une érosion du taux d'appel sur l'ensemble des centrales de base du Groupe. À la suite de la mise en service de la centrale Galion 2 lors du dernier trimestre 2018, la turbine à combustion de pointe du Galion a logiquement connu une diminution de son taux d'appel.

L'EBITDA de l'activité, intégrant la contribution des avenants signés avec EDF et la mise en service industriel de Galion 2 s'élève à 123,6 millions d'euros sur l'exercice 2018, en croissance de 21 % par rapport à 2017 (102,1 millions d'euros).

Deux mises en service majeures

Mise en service industriel de la centrale Galion 2 à la Martinique, première centrale 100 % bagasse/biomasse en Outre-mer

La centrale 100 % bagasse/biomasse de Galion 2 est en exploitation depuis le 26 septembre 2018 à la Martinique, dans le cadre du contrat conclu avec EDF pour 30 ans. Dédiée à la production d'énergie renouvelable, cette centrale, d'une puissance installée de 40 MW, fournira toute l'année de l'électricité pour le réseau de la Martinique à partir de la combustion de bagasse, résidu fibreux de la canne à sucre, d'autres formes locales de biomasse d'origine végétale et de résidus de bois d'oeuvre, en provenance d'exploitations forestières gérées durablement. La centrale de Galion 2 multipliera par trois la production d'électricité renouvelable sur l'île (passant de 7 % à 22 %).

Mise en service industriel de la TAC à La Réunion, première turbine à combustion fonctionnant au bioéthanol

Albioma a annoncé la mise en service industriel, le 25 février 2019, de la première turbine à combustion (TAC) de pointe fonctionnant majoritairement au bioéthanol, située à Saint-Pierre, à La Réunion. Dédiée à la production d'énergie renouvelable, la TAC est une innovation mondiale qui fonctionne très majoritairement au bioéthanol, issu de la distillation de mélasses de cannes à sucre, produit localement à la distillerie Rivière du Mât. Celle-ci (d'une puissance de 41 MW) constitue un moyen de production flexible et très réactif. Conçue pour démarrer en moins de 7 minutes, elle accompagne les pointes de consommation, notamment en fin de journée, et permet la sécurisation du réseau réunionnais. Elle facilite l'intégration et la gestion par le réseau des autres énergies renouvelables, comme le solaire.

Développement

Poursuite du programme IED

Les arrêts annuels de maintenance, au cours desquels les centrales de Bois-Rouge et du Gol ont poursuivi le programme de mise en conformité des systèmes de traitement des fumées en lien avec la directive européenne relative aux émissions industrielles (IED), se sont déroulés dans de bonnes conditions. En 2019, les travaux démarrent sur la centrale de Guadeloupe Albioma Le Moule.

Lancement du programme de conversion biomasse avec la signature de l'avenant au contrat EDF pour la conversion 100 % biomasse de la centrale Albioma Caraïbes

À la suite de la délibération de la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE) du 15 novembre 2018, la centrale d'Albioma Caraïbes en Guadeloupe, désormais dénommée ALM-3, a signé le 18 décembre un avenant à son contrat de vente d'électricité à EDF permettant la conversion à la biomasse de cette centrale 100 % charbon. Les travaux de conversion ont débuté en 2019 pour que la centrale fonctionne exclusivement à la biomasse avant fin 2020. Ils permettront une réduction des émissions de plus de 265 000 tonnes équivalent CO2 (soit une baisse nette de l'ordre de 87 % par rapport à son fonctionnement actuel au charbon), et feront passer la part renouvelable du mix énergétique de la Guadeloupe de 20 à 35 %.

Solaire

Performances stables des installations

La production d'électricité de l'activité solaire s'est élevée à 92 GWh, à comparer à 95 GWh en 2017, en dépit de conditions d'ensoleillement moins favorables, notamment à La Réunion au cours des premiers mois de l'année.

L'EBITDA de l'activité ressort à 30,1 millions d'euros en 2018, en baisse de 6 % par rapport à 2017 (32,0 millions d'euros).

Développement

Renforcement de la présence du Groupe en France métropolitaine, avec l'acquisition d'Eneco France

Albioma a renforcé sa présence en France métropolitaine avec l'acquisition d'Eneco France. Créé en 2008 et fort d'un positionnement innovant dans l'autoconsommation, Eneco France développe, construit et exploite des centrales photovoltaïques en toitures et sur hangars agricoles chez les particuliers ou les industriels dans le Sud de la France. Le Groupe détient un parc photovoltaïque d'une capacité installée de 17 MWc en France métropolitaine et dispose d'un beau portefeuille de projets en développement. En outre, Eneco France exploite une centrale hydroélectrique de 0,5 MW. Cette acquisition offre à Albioma l'opportunité d'intensifier son positionnement et son expansion dans le domaine du solaire en France métropolitaine, en complément de 8 MWc déjà installés sur l'Hexagone et démontre l'importance accordée à l'énergie solaire dans son mix énergétique.

Autres projets photovoltaïques

Le Groupe a poursuivi la construction des centrales photovoltaïques avec stockage d'énergie, lauréates des derniers appels d'offres initiés par la Commission de Régulation de l'Énergie en 2015 et 2016, confortant sa position de leader du solaire en Outre-mer. Albioma prévoit prochainement la mise en service de la centrale du Grand Port Maritime de La Réunion (1,3 MWc en toiture) et de la centrale de Sainte-Rose en Guadeloupe (3,3 MWc au sol sur une installation de stockage de déchets non dangereux).

Le 26 avril 2018, Albioma a conclu un partenariat stratégique avec la Société Anonyme d'Habitations à Loyer Modéré de La Réunion (SHLMR) visant à construire 51 centrales photovoltaïques sur les toitures des résidences, réparties sur l'ensemble des communes de La Réunion. Les travaux de construction débuteront au second semestre 2019, avec une mise en service complète en fin d'année 2019, pour une puissance de 4,8 MWc.

Enfin, le 15 mai 2018, Albioma a procédé au refinancement du portefeuille de projets photovoltaïques de l'Océan Indien et à la mise en place d'une facilité de crédit permettant le financement des nouveaux projets du Groupe dans cette même zone pour les 18 prochains mois. Le financement d'un montant total de 110 millions d'euros, permet au Groupe d'optimiser le financement de ses projets existants, d'allonger la maturité de la dette actuelle tout en sécurisant le futur financement des projets gagnés dans le cadre des appels d'offres récents lancés par la CRE (Commission de Régulation de l'Énergie) ou en obligation d'achat.

Biométhanisation

Cession de l'activité en France

Le 10 décembre 2018, Albioma a cédé l'ensemble de son activité de méthanisation à Biométhanisation Partenaires. D'une puissance de 3,2 MWe, les trois unités de méthanisation agricole (Tiper, Capter et Sainter) exploitées par Methaneo sont situées dans les régions de Nouvelle-Aquitaine et Pays de Loire. Ces trois unités représentent une production annuelle de l'ordre de 20 GWh.

Île Maurice

Excellente performance des installations au second semestre

La disponibilité des unités mauriciennes ressort à 85,4 %, à comparer à 93,8 % en 2017. La production électrique est passée de 1 173 GWh en 2017 à 1 084 GWh en 2018.

Après un premier semestre marqué par l'arrêt fortuit d'OTEO La Baraque, les centrales mauriciennes ont réalisé de très bonnes performances au cours du second semestre.

L'EBITDA de l'activité s'établit à 3,1 millions d'euros (correspondant à la quote-part de résultat mise en équivalence) en 2018 (contre 3,5 millions d'euros en 2017).

Brésil

Bonne performance opérationnelle des centrales Rio Pardo et Codora Energia

Les deux centrales brésiliennes réalisent des performances solides malgré un volume de canne broyée en baisse par rapport à 2017 (2,7 Mtc vs. 3,1 Mtc en 2017). La production est en léger retrait en 2018, à 238 GWh (à comparer à 248 GWh en 2017), tirée par une excellente performance de la centrale Albioma Codora Energia. La centrale Albioma Rio Pardo Termoelétrica a réalisé des performances satisfaisantes en dépit de la fragilité de la situation financière de son partenaire sucrier Usina Rio Pardo, qui s'est placé sous le régime protecteur du redressement judiciaire « recuperação judicial ».

Hors effet de change, l'EBITDA est stable à 6,5 millions d'euros sur l'exercice 2018.

Développement

Signature du contrat définitif permettant l'acquisition d'une nouvelle centrale auprès de Jalles Machado

Le 21 décembre 2018, Albioma a signé avec le groupe Jalles Machado le contrat définitif permettant l'acquisition de 60 % de l'unité de cogénération bagasse adossée à la sucrerie-distillerie éponyme, localisée à Goianésia (État du Goiás), dont la capacité de broyage annuelle atteint 2,8 millions de tonnes de canne. Pour rappel, Albioma avait signé le 18 décembre 2017 un accord, prévoyant notamment la rénovation des chaudières existantes ainsi que l'installation d'une nouvelle turbine de 25 MW, portant la capacité totale du site à 65 MW. Grâce à l'amélioration des rendements de la cogénération et à la réduction de la consommation de vapeur de la sucrerie, l'énergie exportée sur le réseau de distribution devrait ainsi atteindre 145 GWh par an à compter de la campagne 2019, soit près de deux fois plus qu'actuellement. Plus de 80 % des ventes d'énergie sont d'ores et déjà sécurisés via un contrat à long terme de 20 ans.

Poursuite du développement du projet Vale do Paraná

L'acquisition de 40 % des titres de la société UTE Vale Do Parana a également été finalisée à la suite du bouclage du financement. Ce projet qui représente un investissement de l'ordre de 100 millions de réals vise à porter la puissance d'une cogénération déjà existante à 48 MW à horizon 2021. Les travaux sont en cours de réalisation.

Un bilan solide pour financer la croissance

La dette financière brute consolidée est en augmentation notamment à la suite des levées de dette destinées au financement des projets (TAC Saint-Pierre, IED) et aux acquisitions récentes. Elle s'élève à 846 millions d'euros à fin 2018, contre 707 millions d'euros à la fin de l'exercice 2017. La dette projet est de 708 millions d'euros (contre 622 millions d'euros à fin 2017).

À l'issue d'un exercice 2018 marqué par l'engagement de près de 178 millions d'euros d'investissements de développement, la trésorerie du Groupe, incluant les dépôts de garantie, s'élève à 95 millions d'euros contre 92 millions d'euros au 31 décembre 2017. La dette financière nette consolidée est de 747 millions d'euros (contre 613 millions d'euros à fin 2017).

Dividendes

Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale des actionnaires la distribution d'un dividende de 0,65 euro par action, en hausse de 8 % par rapport à 2018, avec option pour le paiement de 50 % en actions nouvelles. Cette proposition s'inscrit dans le cadre d'une politique de croissance du dividende avec un objectif de distribution de l'ordre de 50 % du résultat net part du Groupe hors exceptionnels.

Objectifs 2019

Pour 2019, le Groupe annonce des objectifs d'EBITDA de 168 à 178 millions d'euros et de résultat net part du Groupe de 38 à 44 millions d'euros.

Perspectives

Les investissements engagés depuis 2013 devraient générer un EBITDA de l'ordre de 200 millions d'euros dès 2020. Par ailleurs, le Groupe envisage d'engager entre 500 et 700 millions d'euros d'investissements sur la période 2019-2023 en conservant une structure financière solide.

Prochain rendez-vous : chiffre d'affaires du premier trimestre de l'exercice 2019, le 24 avril 2019 (avant bourse).

À propos d'Albioma Contacts
Producteur d'énergie renouvelable indépendant, Albioma est engagé dans la transition énergétique grâce à la biomasse et au photovoltaïque.

Le Groupe, implanté en Outre-Mer français, à l'Île Maurice et au Brésil, a développé depuis 25 ans un partenariat unique avec le monde sucrier pour produire de l'énergie renouvelable à partir de la bagasse, résidu fibreux de la canne à sucre.

Albioma est aussi le premier producteur d'énergie photovoltaïque en Outre-mer où il construit et exploite des projets innovants avec stockage.
Investisseurs
Julien Gauthier
+33 (0)1 47 76 67 00

Médias
Charlotte Neuvy
+33 (0)1 47 76 66 65
presse@albioma.com
   
Les actions Albioma sont cotées sur NYSE EURONEXT PARIS (compartiment B) et éligibles au SRD et au PEA-PME (ISIN FR0000060402 - Mnémo ABIO). www.albioma.com

 

Annexes

Compte de résultat consolidé simplifié

En millions d'euros 2018 2017

Publié
Var. %
Chiffre d'affaires 428,3 403,2 +6%
EBITDA 162,6 138,3 +18%
Dépréciations, amortissements, provisions et autres (59,4) (58,4) -2%
Résultat opérationnel 103,3 79,9 +29%
Résultat financier (19,8) (23,7) +17%
Impôts (29,9) (11,9) -152%
Taux d'impôt effectif1 37,3% 22,6%  
Résultat net consolidé 53,6 44,3 +21%
Résultat net part du Groupe de l'ensemble consolidé 44,2 37,4 +18%
Bénéfice net par action de l'ensemble consolidé (en euros) 1,46 1,24  

1.    Le taux d'impôt normatif ressort à 33,7 % (taux d'impôt effectif retraité des effets des dépréciations non déductibles, hors Brésil et hors effet du changement de taux d'impôt à compter de 2019). Au 31 décembre 2017, le taux était de 34,4 %.


Bilan consolidé simplifié

En millions d'euros 31/12/2018 31/12/2017
Actif    
Écarts d'acquisition 24 12
Immobilisations incorporelles et corporelles 1 263 1 141
Autres actifs non courants 30 34
Total des actifs non courants 1 317 1 186
Actifs courants 188 140
Trésorerie et équivalents de trésorerie 95 92
Total actif 1 601 1 419
Passif    
Capitaux propres part du Groupe 408 389
Intérêts ne conférant pas le contrôle 84 78
Total des capitaux propres 493 467
Dettes financières courantes et non courantes 846 707
Autres passifs non courants 111 119
Passifs courants 151 125
Total passif 1 601 1 419

Tableau simplifié des flux de trésorerie consolidés

En millions d'euros 2018 2017
Capacité d'autofinancement 164,1 139,4
Variation du besoin en fonds de roulement1 (25,8) (1,9)
Impôts décaissés (26,9) (17,0)
Flux net de trésorerie opérationnelle 111,4 120,6
Capex d'exploitation (14,2) (12,4)
Free cash-flow d'exploitation 97,2 108,1
Capex de développement (128,7) (146,9)
Autres / Acquisitions / Cessions (49,1) 2,5
Flux de trésorerie d'investissement (177,8) (144,4)
Dividendes versés aux actionnaires d'Albioma (12,8) (10,6)
Emprunts (augmentations) 178,8 105,6
Emprunts (remboursements) (41,5) (41,4)
Coût de l'endettement financier (23,6) (24,3)
Autres (16,0) 4,0
Flux net de trésorerie de financement 84,8 33,3
Effet du change sur la trésorerie (1,0) (0,9)
Variation nette de la trésorerie 3,2 (3,9)
Trésorerie d'ouverture 92,1 96,0
Trésorerie de clôture 95,3 92,1

1.    Dégradation du BFR de -25,8 millions d'euros essentiellement du fait du décalage sur janvier d'une partie des règlements des créances clients.



[1] Pro forma année pleine Albioma Solaire France (ex. Eneco) et Albioma Esplanada (Jalles Machado) et hors Methaneo, cédée en 2018