Bâle, le 25 juillet 2019

  • Le chiffre d’affaires consolidé augmente de 9%1 à taux de change constants et de 8% en francs suisses
  • Le chiffre d’affaires de la division Pharma est en hausse de 10%, porté principalement par Ocrevus, Hemlibra, Tecentriq et Perjeta
  • Le chiffre d’affaires de la division Diagnostics progresse de 2%, principalement grâce aux activités dans le domaine de l’immunodiagnostic et à une accélération globale de la croissance au deuxième trimestre
  • Homologations au deuxième trimestre: aux Etats-Unis, Polivy contre le lymphome agressif précédemment traité, Kadcyla pour le traitement adjuvant du cancer du sein HER2-positif de stade précoce, Venclexta en association avec Gazyva contre la leucémie lymphoïde chronique non précédemment traitée; au Japon, Rozlytrek pour le traitement des tumeurs NTRK-positives
  • Le bénéfice par titre rapporté aux activités de base progresse plus rapidement que les ventes, à 13%
  • Le bénéfice consolidé selon les normes IFRS augmente de 19%
  • Prévisions pour l’ensemble de l’exercice 2019 révisées à la hausse: le chiffre d’affaires devrait afficher une croissance se situant dans la partie moyenne à haute de la plage à un chiffre, à taux de change constants
Chiffres clés Mio CHF Variation en %
Janvier – juin 2019 2019 2018 A TCC1 En CHF
Chiffre d’affaires consolidé 30 469 28 111 +9 +8
Division Pharma 24 194 21 847 +10 +11
Division Diagnostics 6275 6264 +2 0
Bénéfice d’exploitation rapporté aux activités de base 12 363 11 162 +11 +11
         
Bénéfice par titre rapporté aux activités de base – dilué (CHF) 11,12 9,84 +13 +13
         
Bénéfice consolidé selon IFRS 8904 7516 +19 +18

Severin Schwan, CEO du groupe Roche, à propos des résultats du groupe: «Au premier semestre de l’exercice, nous avons enregistré de très solides résultats, grâce à une forte demande pour nos nouveaux médicaments. Je suis très satisfait des homologations accélérées accordées par les autorités de santé pour Polivy et Rozlytrek. Ces médicaments représentent des options thérapeutiques importantes pour les patients qui luttent contre un cancer. Compte tenu de la performance au premier semestre de l’exercice, nous révisons à la hausse nos prévisions pour l’ensemble de l’année 2019.»

Prévisions pour 2019 révisées à la hausse
Le chiffre d’affaires devrait afficher une hausse se situant dans la partie moyenne à haute de la plage à un chiffre, à taux de change constants. Le bénéfice par titre rapporté aux activités de base devrait progresser globalement au même rythme que les ventes, à taux de change constants. Roche table sur une nouvelle augmentation de son dividende en francs suisses.

Résultat consolidé
Au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires consolidé a augmenté de 9%, à 30,5 milliards de CHF et le bénéfice par titre rapporté aux activités de base a progressé de 13%, plus rapidement que les ventes. Le bénéfice d’exploitation rapporté aux activités de base est en hausse de 11%, reflétant la solide performance sous-jacente. Le bénéfice consolidé selon les normes IFRS a augmenté de 19%, grâce au bon résultat sous-jacent se rapportant aux activités de base et à des effets non récurrents liés à un nouveau calcul de positions fiscales différées, ainsi qu’à la libération de provisions pour une acquisition.

Le chiffre d’affaires de la division Pharma s’inscrit en hausse de 10%, à 24,2 milliards de CHF. Les principaux moteurs de la croissance ont été le médicament Ocrevus pour le traitement de la sclérose en plaques, le nouveau médicament contre l’hémophilie Hemlibra et les anticancéreux Tecentriq, Perjeta et Avastin. Le bon départ pris par les médicaments lancés récemment fait plus que contrebalancer la baisse des ventes d’Herceptin et de MabThera/Rituxan.

Aux Etats-Unis, le chiffre d’affaires a augmenté de 14%, sous l’impulsion d’Ocrevus, Hemlibra, Tecentriq, Perjeta et Avastin. Les ventes d’Ocrevus ont été stimulées par la demande émanant tant de nouveaux patients que de patients ayant déjà reçu ce médicament.

En Europe (-4%), les ventes ont été affectées par l’arrivée sur le marché de biosimilaires concurrençant Herceptin (-45%) et MabThera/Rituxan (-36%). Ce recul a été contrebalancé de manière croissante par la solide progression d’Ocrevus, Perjeta, Tecentriq, Alecensa et Hemlibra.

La croissance au Japon (+9%) a été portée principalement par les médicaments lancés récemment Hemlibra, Tecentriq et Perjeta. La concurrence des biosimilaires de MabThera/Rituxan (-46%) a cependant en partie porté atteinte à cette croissance.

Dans le secteur international, le chiffre d’affaires a progressé de 17%, porté principalement par la Chine – fortes ventes pour Herceptin, Avastin et MabThera/Rituxan, et lancement d’Alecensa et Perjeta.


Le chiffre d’affaires de la division Diagnostics s’inscrit en hausse de 2%, à 6,3 milliards de CHF. Centralised and Point of Care Solutions (+3%) a été le principal contributeur, grâce à la croissance de son activité dans le domaine de l’immunodiagnostic. Au niveau régional, les régions Asie-Pacifique (+5%) et EMEA2 (+3%) ont fait état d’une croissance des ventes. En Amérique du Nord le chiffre d’affaires est en recul de 2%.

Le bénéfice d’exploitation rapporté aux activités de base de la division Pharma a augmenté de 11% et celui de la division Diagnostics s’inscrit en hausse de 4%.

Etapes importantes pour des médicaments de Roche
Au deuxième trimestre, les autorités de santé ont accordé plusieurs homologations à des médicaments de Roche. La Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé une homologation accélérée pour Polivy (polatuzumab vedotin-piiq) combiné à l’association bendamustine plus Rituxan pour le traitement des patients adultes atteints de lymphome diffus à grandes cellules B récidivant ou réfractaire, qui ont déjà reçu au moins deux traitements. Le programme d’homologation accélérée de la FDA permet l’homologation conditionnelle d’un médicament répondant à un besoin médical non satisfait pour une maladie grave.

Au Japon, le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales a homologué Rozlytrek (entrectinib) pour le traitement des patients adultes et pédiatriques atteints de tumeurs solides avec fusions NTRK (neurotrophic tyrosine receptor kinase, récepteur tyrosine kinase à neurotrophines) de stade avancé et récidivantes. Rozlytrek est le premier médicament homologué au Japon indépendamment du type de tumeur. Il cible les fusions du gène NTRK, qui ont été identifiées dans plusieurs types de tumeurs solides difficiles à traiter, touchant notamment le pancréas, la thyroïde, les glandes salivaires, le sein, le côlon et le rectum, et le poumon.3  Les autorités japonaises ont également homologué le test FoundationOne CDx Cancer Genomic Profile à titre de diagnostic compagnon pour Rozlytrek.

La FDA a homologué Kadcyla pour le traitement adjuvant (après chirurgie) des patients atteints de cancer du sein HER2-positif de stade précoce présentant une maladie résiduelle invasive après un traitement néoadjuvant (avant chirurgie) à base de taxane et d’Herceptin. Kadcyla a été examiné et homologué dans le cadre des programmes pilotes RTOR (Real-Time Oncology Review, examen en temps réel de médicaments d’oncologie) et AAid (Assessment Aid, aide à l’évaluation). L’homologation a été accordée 12 semaines seulement après la soumission du dossier. Kadcyla est le premier médicament de Roche homologué dans le cadre du programme pilote RTOR, qui cherche à mettre au point un processus d’examen plus performant pour faire en sorte que des traitements sûrs et efficaces soient mis à la disposition des patients le plus rapidement possible.

La FDA a également homologué Venclexta/Venclyxto en association avec Gazyva/Gazyvaro pour le traitement des patients atteints de leucémie lymphoïde chronique ou de lymphome lymphocytaire à petits lymphocytes non précédemment traités. Cette homologation a été également accordée dans le cadre des nouveaux programmes de la FDA RTOR et AAid. Elle repose sur les résultats de l’étude de phase III randomisée CLL14, qui a comparé un traitement d’une durée fixe de 12 mois par l’association Venclexta plus Gazyva à l’association Gazyva plus chlorambucil. Les résultats ont montré que l’association Venclexta plus Gazyva avait permis d’obtenir une réduction durable et significative (-67%) du risque d’aggravation de la maladie ou de décès (survie sans progression, progression-free survival [PFS]), évaluée par un comité d’examen indépendant) par comparaison avec l’association Gazyva plus chlorambucil, traitement de référence actuel.

Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments a recommandé l’homologation de Tecentriq en association avec une chimiothérapie (Abraxane; nab-paclitaxel) contre le cancer du sein triple négatif localement avancé ou métastatique, non opérable, avec expression tumorale (≥ 1%) de PD-L1, chez les patients adultes non précédemment traités par une chimiothérapie dans le contexte métastatique.

Avancées au sein du pipeline
De nouveaux résultats d’étude sur Ocrevus montrent qu’une exposition plus importante au médicament est corrélée avec un risque réduit de progression de l’invalidité et avec un taux réduit de lymphocytes B lors de sclérose en plaques. Il est à noter que les données en termes d’innocuité sont restées cohérentes à tous les niveaux d’exposition.

Des données à long terme des extensions ouvertes des études de phase III Opera et Oratorio portant sur la SEP récurrente et la SEP primaire progressive montrent qu’une instauration du traitement par Ocrevus plus tôt réduit significativement le risque de progression de l’invalidité permanente et que cet effet se maintient dans le temps.

Avec plus de 100 000 patients désormais traités dans le monde, les données sur Ocrevus issues de la pratique et des études se multiplient rapidement. Notons qu’en matière d’innocuité, Ocrevus reste cohérent avec le profil bénéfice-risque établi dans les études pivots et défini dans sa notice.

D’autres résultats positifs provenant d’une analyse exploratoire prédéfinie de l’étude de phase III IMpower150 ont démontré que l’association de Tecentriq et d’Avastin plus une chimiothérapie par le carboplatine et le paclitaxel offrait aux patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) non épidermoïde métastatique, n’ayant jamais reçu de chimiothérapie, présentant des métastases hépatiques, un avantage en termes de survie globale (OS), par comparaison avec l’association d’Avastin et d’une chimiothérapie. De plus, l’association de Tecentriq et d’Avastin plus une chimiothérapie a réduit de 59% le risque de progression de la maladie ou de décès (PFS) chez les patients présentant des métastases au niveau du foie, par comparaison avec l’association d’Avastin et d’une chimiothérapie.

Les résultats de l’étude pivot de phase III CLL14 portant sur la leucémie lymphoïde chronique non précédemment traitée montrent que l’association Venclexta/Venclyxto plus Gazyva/Gazyvaro a satisfait à son critère d’évaluation primaire, à savoir la survie sans progression (PFS) évaluée par l’investigateur. Administrée à des patients atteints de LLC non précédemment traitée, présentant des pathologies coexistantes, cette association sans chimiothérapie d’une durée fixe de 12 mois a réduit de 65% le risque d’aggravation de la maladie ou de décès, par comparaison avec l’association Gazyva/Gazyvaro plus chlorambucil.

L’étude de phase I/II Startrk-NG a révélé que l’entrectinib avait permis de réduire la taille des tumeurs (taux de réponse objective (objective response rate, ORR)) chez tous les enfants et adolescents atteints de tumeurs solides avec fusions NTRK, ROS1 ou ALK (11 patients sur 11), parmi lesquels deux patients ont obtenu une réponse complète. Cette étude évalue le médicament expérimental entrectinib chez des enfants et des adolescents présentant des tumeurs solides récidivantes ou réfractaires, avec ou sans fusions des gènes NTRK, ROS1 ou ALK (anaplastic lymphoma kinase, kinase du lymphome anaplasique).

Dans le domaine de l’amyotrophie spinale (AS), les données issues de la phase 1 (phase de détermination de la dose) de l’étude pivot Firefish ont montré que des nourrissons atteints d’AS de type 1 avaient franchi des étapes motrices clés après un an de traitement par le risdiplam, produit expérimental. De plus, des données de la phase 1 de l’étude pivot Sunfish menée auprès de patients atteints d’AS de type 2 ou 3 âgés de 2 à 25 ans ont été présentées lors du congrès de l’AAN.4 Une augmentation médiane durable des taux de protéine SMN correspondant à des valeurs sanguines plus de deux fois supérieures aux valeurs initiales a été observée après 12 mois de traitement par le risdiplam. Roche prévoit d’inclure ces nouvelles données dans la demande d’homologation soumise à la FDA.

L’étude de phase III Ministone-2 portant sur Xofluza a satisfait à son critère d’évaluation primaire, démontrant que Xofluza était bien toléré par les enfants souffrant de grippe. L’étude a également montré que Xofluza a un effet comparable à celui de l’oseltamivir – traitement ayant fait la preuve de son efficacité dans le traitement des enfants souffrant de grippe – consistant à réduire la durée des symptômes grippaux, dont la fièvre. L’étude a évalué Xofluza en comparaison avec l’oseltamivir chez des enfants souffrant de grippe âgés de un an à moins de douze ans. De plus, l’étude de phase III Blackstone a montré que Xofluza permettait d’éviter l’infection de personnes saines par des personnes infectées vivant au sein du même foyer.

En février 2019, Roche a annoncé avoir conclu un accord de fusion définitif portant sur l’acquisition totale de Spark Therapeutics, Inc (Spark Therapeutics). L’examen réglementaire de la transaction est en cours et les parties collaborent activement avec les autorités américaines et britanniques pour faciliter ce processus. La transaction devrait être finalisée en 2019. Spark Therapeutics, dont le siège est à Philadelphie (Pennsylvanie, Etats-Unis), est une société totalement intégrée qui se consacre à la découverte, au développement et à la fourniture de thérapies géniques pour le traitement de maladies génétiques telles que la cécité, l’hémophilie, les troubles de surcharge lysosomale et les maladies neurodégénératives.

Roche Diagnostics – des solutions de nouvelle génération pour des traitements individualisés
La solution Navify Tumour Board 2.0, premier produit issu de la collaboration avec notre partenaire GE Healthcare, a été commercialisée. Associant des capacités de visualisation et de stockage d’images médicales à d’autres données du patient, ce produit permet aux comités des tumeurs – des équipes pluridisciplinaires qui déterminent les plans thérapeutiques pour les patients cancéreux – d’avoir une vue plus complète de chaque patient à un seul et même endroit. L’intégration du visualiseur d’images médicales de GE Healthcare dans la solution Navify Tumor Board 2.0 permet aux radiologues d’ajouter les dossiers d’imagerie médicale des patients dans le tableau de bord où sont également stockées les données des patients téléchargées par d’autres spécialistes de l’équipe de cancérologie. Disposer à un même endroit d’informations exhaustives sur le diagnostic du patient aide les spécialistes à mettre à profit le temps limité qu’ils consacrent aux comités des tumeurs pour examiner rapidement tous les fichiers utiles et opter pour le meilleur plan thérapeutique possible pour chaque patient cancéreux.

Roche a lancé le test de diagnostic compagnon Ventana HER2 Dual ISH DNA Probe Cocktail pour les patients atteints de cancer du sein ou de l’estomac éligible à un traitement ciblé. Le HER2 – récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain – est un biomarqueur important dans les cancers du sein et de l’estomac. Sa détection et son inhibition peuvent contribuer à une prise en charge plus efficace de ces cancers agressifs. Ce test permet une analyse dans la journée, permettant aux médecins d’obtenir des résultats plus rapidement qu’avec la plupart des méthodes courantes de tests de confirmation de la surexpression HER2. Les résultats peuvent être analysés par microscopie optique, ce qui rend superflu le recours à un microscope à fluorescence spécialisé.

Le test cobas MTB-RIF/INH, qui permet de détecter la résistance aux antibiotiques dans l’ADN tuberculeux, a été commercialisé dans les pays acceptant le marquage CE. Il fait partie du menu de tests de dépistage des mycobactéries qui comprend les tests cobas MTB et cobas MAI mis en œuvre sur les systèmes cobas 6800/8800. Le menu de tests des systèmes cobas 6800/8800 continue ainsi de s’étendre, favorisant une véritable consolidation et des analyses efficaces. La tuberculose est la première cause de décès dus aux maladies infectieuses dans le monde.5 Le défi croissant que constitue la résistance aux médicaments exacerbe la crise sanitaire mondiale liée à la tuberculose. La sensibilité élevée du test cobas MTB permet une détection accrue de la tuberculose dans les échantillons difficiles à interpréter à frottis négatif. 


Division Pharma

Ventes Mio CHF En % des ventes Variation en %
Janvier – juin 2019 2019 2018 2019 2018 A TCC En CHF
Division Pharma 24 194 21 847 100,0 100,0 +10 +11
Etats-Unis 13 370 11 378 55,3 52,1 +14 +18
Europe 4221 4528 17,5 20,7 -4 -7
Japon 1988 1781 8,2 8,2 +9 +12
Secteur international* 4615 4160 19,0 19,0 +17 +11

* Asie-Pacifique, EEMEA (Europe de l’Est, Moyen-Orient, Afrique), Amérique latine, Canada, autres

Produits clés en 2019

Avastin
(+7%), pour le traitement des formes avancées de cancer du côlon et du rectum, du sein, du poumon, du rein, du col de l’utérus et de l’ovaire, ainsi que pour le traitement du glioblastome (type de tumeur cérébrale) récidivant. La croissance des ventes a été portée par les Etats-Unis (+9%) et le secteur international (+13%), en particulier la Chine, où cette augmentation est à mettre au crédit d’une pénétration plus large du marché.

MabThera/Rituxan
(-4%), pour le traitement de certains cancers du sang, de la polyarthrite rhumatoïde et de certains types de vascularite. En Europe (-36%) et au Japon (-46%), les ventes ont été affectées par la concurrence des biosimilaires. Aux Etats-Unis, les ventes ont progressé de 4%, les segments immunologique et oncologique enregistrant tous deux une croissance également portée par la formulation sous-cutanée. En Chine, la croissance s’explique par une plus large pénétration du marché.

Portefeuille HER2 (Herceptin, Perjeta et Kadcyla, +5%), pour le traitement du cancer du sein HER2-positif et du cancer de l’estomac HER2-positif métastatique (Herceptin seul).

Herceptin (-9%), pour le traitement du cancer du sein HER2-positif et du cancer de l’estomac HER2-positif métastatique. Les ventes ont été affectées par le lancement de biosimilaires en Europe et au Japon à partir du milieu de l’année 2018, et par le passage à Kadcyla aux Etats-Unis (-2%) pour le traitement adjuvant du cancer du sein. Cette baisse a été partiellement contrebalancée par l’augmentation des ventes enregistrée en Chine.

Actemra/RoActemra
(+8%), pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, de certaines formes d’arthrite juvénile idiopathique et de l’artérite à cellules géantes, ainsi que du syndrome de libération de cytokines sévère ou menaçant le pronostic vital induit par des lymphocytes T porteurs de récepteurs antigéniques chimériques (chimeric antigen receptor, CAR). Toutes les régions ont fait état d’une croissance des ventes, stimulée par la demande persistante pour la formulation sous-cutanée et par une demande soutenue aux Etats-Unis, au Japon et en Europe.

Xolair (+1%, Etats-Unis uniquement), pour le traitement de l’urticaire idiopathique chronique et de l’asthme allergique. Une croissance a été enregistrée dans les deux indications.

Lucentis (+10%, Etats-Unis uniquement), pour le traitement de maladies oculaires, notamment la forme néovasculaire (ou «humide») de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, l’œdème maculaire consécutif à l’occlusion d’une veine de la rétine, l’œdème maculaire diabétique et la rétinopathie diabétique. La croissance a été portée par l’augmentation des ventes dans toutes les indications homologuées.

Evénements marquants concernant les médicaments lancés depuis 2012

Perjeta (1,8 milliard de CHF, +34%), pour le traitement du cancer du sein HER2-positif. Les ventes ont progressé dans toutes les régions. La demande accrue de Perjeta pour le traitement adjuvant du cancer du sein de stade précoce est favorable à la poursuite de sa forte croissance.

Ocrevus
(1,7 milliard de CHF, +63%), pour le traitement de la sclérose en plaques, tant de forme récurrente que de forme primaire progressive. La demande élevée dans ces deux indications a persisté. Outre les fortes augmentations des ventes aux Etats-Unis, la croissance a été favorisée par les lancements en Europe et dans le secteur international.

Tecentriq (782 millions de CHF, +141%), pour le traitement du cancer de la vessie avancé, du cancer du poumon avancé, du cancer du poumon à petites cellules de stade étendu, du cancer du sein triple négatif PD-L1-positif, ainsi que pour le traitement initial du NSCLC non épidermoïde métastatique. Toutes les régions ont fait état d’une croissance des ventes, portée principalement par les Etats-Unis, l’Europe et le Japon. Aux Etats-Unis, la croissance a été stimulée par de nouvelles indications, à savoir le cancer du sein triple négatif et le cancer du poumon à petites cellules de stade étendu.

Hemlibra (535 millions de CHF), pour le traitement des patients atteints d’hémophilie A avec inhibiteurs du facteur VIII. Hemlibra est homologué dans cette indication dans plus de 70 pays. Egalement pour le traitement des patients atteints d’hémophilie A sans inhibiteurs du facteur VIII. Hemlibra est homologué dans cette indication dans plus de 40 pays. Hemlibra est le seul traitement prophylactique qui peut être administré par voie sous-cutanée et à plusieurs posologies (une fois par semaine, une fois toutes les deux semaines ou une fois toutes les quatre semaines). La demande de ce médicament est très élevée aux Etats-Unis, en Europe et au Japon.

Esbriet (532 millions de CHF, +11%), pour le traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI). Les ventes ont continué de progresser, portées par la croissance aux Etats-Unis (+8%) et en Europe (+16%).

Alecensa (421 millions de CHF, +50%), pour le cancer du poumon ALK-positif. Alecensa a continué à afficher une forte croissance de ses ventes dans toutes les régions, l’Europe et le secteur international étant les principaux moteurs.

Gazyva/Gazyvaro (241 millions de CHF, +36%), pour le traitement de la leucémie lymphoïde chronique (LLC), du lymphome folliculaire réfractaire au rituximab et du lymphome folliculaire avancé non précédemment traité. Les ventes ont augmenté, en particulier au Japon, en Europe et aux Etats-Unis.

  Médicaments les plus vendus Total Etats-Unis Europe Japon Secteur international*
  Mio CHF % Mio CHF % Mio CHF % Mio CHF % Mio CHF %
  Avastin 3659 7 1630 9 920 2 424 3 685 13
  MabThera/Rituxan 3339 -4 2281 4 323 -36 58 -46 677 2
  Herceptin 3264 -9 1509 -2 568 -45 123 -2 1064 21
  Perjeta 1755 34 788 22 541 28 120 87 306 77
  Ocrevus 1735 63 1456 50 211 179 - - 68 204
  Actemra/RoActemra 1135 8 460 8 355 6 188 12 132 13
  Xolair 972 1 972 1 - - - - - -
  Lucentis 928 10 928 10 - - - - - -
  Tecentriq 782 141 508 124 134 129 75 386 65 173
  Activase/TNKase 686 2 661 2 - - - - 25 -2
  * Asie-Pacifique, EEMEA (Europe de l’Est, Moyen-Orient et Afrique), Amérique latine, Canada, autres.  

Division Diagnostics

Ventes Mio CHF En % des ventes Variation en %
Janvier – juin 2019 2019 2018 2019 2018 A TCC En CHF
Division Diagnostics 6275 6264 100,0 100,0 +2 0
Business Areas            
Centralised and Point of Care Solutions 3762 3755 59,9 60,0 +3 0
Molecular Diagnostics 1029 979 16,4 15,6 +6 +5
Diabetes Care 958 991 15,3 15,8 +1 -3
Tissue Diagnostics 526 539 8,4 8,6 -3 -2
Régions            
Europe, Moyen-Orient, Afrique 2456 2492 39,2 39,8 +3 -1
Asie-Pacifique 1606 1573 25,6 25,1 +5 +2
Amérique du Nord 1589 1570 25,3 25,1 -2 +1
Amérique latine 398 413 6,3 6,6 +8 -4
Japon 226 216 3,6 3,4 +2 +5


Les ventes de Centralised and Point of Care Solutions ont augmenté de 3%. L’activité d’immunodiagnostic affiche une croissance de 7%, faisant de cette unité, une fois encore, le plus grand contributeur à la croissance du chiffre d’affaires de la division. Les lancements récents d’instruments et les déploiements en cours correspondants, l’expansion du menu de tests, l’amélioration de l’accès aux soins, ainsi que l’accent plus important mis sur les soins des maladies chroniques ont contribué à la croissance.

Les ventes de Molecular Diagnostics ont augmenté de 6%, sous l’impulsion des activités de screening sanguin, ainsi que de la demande toujours aussi forte pour les systèmes cobas 6800/8800.

Les ventes de Tissue Diagnostics ont fléchi de 3%. Les ventes ont été principalement impactées par des retards de livraison des instruments BenchMark et Discovery Ultra.

Les ventes de Diabetes Care ont progressé de 1%, portées principalement par les systèmes de contrôle de la glycémie Accu-Chek Guide, système nouveau qui a bénéficié d’un accueil favorable, et Accu-Chek Instant, dont les ventes ont augmenté. Le système Accu-Chek Guide Me, lecteur de glycémie connecté, précis, d’utilisation facile et peu coûteux, a été lancé aux Etats-Unis.

A propos de Roche
Roche est une entreprise internatinale à l’avant-garde de la recherche et du développement de produits pharmaceutiques et diagnostiques. L’amélioration de la qualité et de la durée de vie des patients, grâce aux progrès de la science, est au cœur de ses préoccupations. Rassemblant des compétences pharmaceutiques et diagnostiques sous un même toit, Roche est le leader de la médecine personnalisée, approche permettant de proposer le meilleur traitement possible à chaque patient.

Roche est la plus grande entreprise de biotechnologie dans le monde avec des médicaments différenciés dans les domaines de l’oncologie, de l’immunologie, des maladies infectieuses, de l’ophtalmologie et des affections du système nerveux central. Roche est également le numéro un mondial du diagnostic in vitro ainsi que du diagnostic histologique du cancer, et une entreprise de pointe dans la gestion du diabète. Depuis sa fondation en 1896, Roche mène des recherches pour prévenir, identifier et traiter au mieux des maladies, et apporter une contribution durable à la société. L’entreprise a également pour ambition d’améliorer l’accès des patients aux innovations médicales en travaillant avec toutes les parties prenantes concernées. Plus de trente médicaments développés par Roche font aujourd’hui partie de la Liste modèle de médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la Santé, notamment des antibiotiques, des traitements antipaludéens et des anticancéreux permettant de sauver des vies. Pour la dixième fois consécutive, dans le cadre des Dow Jones Sustainability Indexes (DJSI), Roche a été désignée entreprise la plus durable dans le secteur des produits pharmaceutiques, des biotechnologies et des sciences de la vie.

Le groupe Roche, dont le siège est à Bâle, Suisse, opère dans plus de cent pays. En 2018, Roche comptait environ 94 000 employés dans le monde et a consacré 11 milliards CHF à la recherche et au développement, son chiffre d’affaires s’élevant à 56,8 milliards CHF. Genentech, aux Etats-Unis, appartient entièrement au groupe Roche, qui est par ailleurs l’actionnaire majoritaire de Chugai Pharmaceutical, Japon. Pour de plus amples informations, veuillez consulter www.roche.com.

Tous les noms de marque mentionnés sont protégés par la loi.

Annotations
[1] Sauf mention contraire, tous les taux de croissance indiqués dans ce document sont exprimés à taux de change constants (TCC: moyenne pour 2018).
[2] EMEA = Europe, Middle East and Africa
[3] Demetri GD et al. Efficacy and Safety of Entrectinib in Patients with NTRK Fusion-Positive (NTRK-fp) Tumors: Pooled Analysis of Startrk-2, Startrk-1 and Alka-372-001. Présenté à l’ESMO 2018; 19-23 octobre 2018; Munich, Allemagne. Abstract LBA17.
[4] 71e congrès annuel de l’American Academy of Neurology (AAN) qui s’est tenu à Philadelphie (Pennsylvanie) du 4 au 10 mai.
[5] Organisation mondiale de la Santé. Rapport 2018 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Genève, Suisse; OMS, 2018

Disclaimer: Cautionary statement regarding forward-looking statements.
This document contains certain forward-looking statements. These forward-looking statements may be identified by words such as ‘believes’, ‘expects’, ‘anticipates’, ‘projects’, ‘intends’, ‘should’, ‘seeks’, ‘estimates’, ‘future’ or similar expressions or by discussion of, among other things, strategy, goals, plans or intentions. Various factors may cause actual results to differ materially in the future from those reflected in forward-looking statements contained in this document, among others: (1) pricing and product initiatives of competitors; (2) legislative and regulatory developments and economic conditions; (3) delay or inability in obtaining regulatory approvals or bringing products to market; (4) fluctuations in currency exchange rates and general financial market conditions; (5) uncertainties in the discovery, development or marketing of new products or new uses of existing products, including without limitation negative results of clinical trials or research projects, unexpected side effects of pipeline or marketed products; (6) increased government pricing pressures; (7) interruptions in production; (8) loss of or inability to obtain adequate protection for 12/12 intellectual property rights; (9) litigation; (10) loss of key executives or other employees; and (11) adverse publicity and news coverage. The statement regarding earnings per share growth is not a profit forecast and should not be interpreted to mean that Roche’s earnings or earnings per share for any current or future period will necessarily match or exceed the historical published earnings or earnings per share of Roche.

Relations avec les médias au niveau du groupe Roche
Téléphone: +41 61 688 8888 / e-mail: media.relations@roche.com
- Nicolas Dunant (responsable du bureau des médias)
- Patrick Barth
- Ulrike Engels-Lange
- Karsten Kleine
- Barbara von Schnurbein
- Anja von Treskow

 

Pièces jointes