TORONTO, 09 sept. 2019 (GLOBE NEWSWIRE) -- Selon un récent sondage Equifax sur la fraude hypothécaire, près de 23 % des millénaires croient qu’il est acceptable de gonfler votre revenu annuel lors d’une demande de prêt hypothécaire. C’est presque le double du pourcentage de la population générale (12 %) à qui on a posé la même question.

La fraude hypothécaire est établie lorsque quelqu’un – vous, un courtier ou un agent en hypothèques, un agent immobilier ou un avocat – fait une fausse déclaration, ment ou exagère les informations pour obtenir une hypothèque qui n’aurait pas été consentie si la vérité avait été dite.

Comme dans le cas d’un sondage Equifax similaire mené en 2014, on a posé aux répondants des questions spécifiques sur la fraude hypothécaire, les difficultés liées à l’achat d’une maison et les connaissances générales du crédit à la consommation. Equifax cherche à aider les consommateurs à mieux comprendre et apprécier l’importance d’un historique de crédit solide.

« C’est inquiétant que tant de jeunes adultes que nous avons interrogés croient qu’il est acceptable de gonfler leurs revenus pour acheter la maison qu’ils veulent », a déclaré Julie Kuzmic, directrice de la défense des consommateurs chez Equifax Canada. « Truquer les chiffres de revenu lors du traitement d’une demande de prêt hypothécaire est une fraude. Cela devient également une pente glissante pour ces personnes qui risquent de s’étirer de manière excessive. 

« Si vous ne faites pas vos paiements hypothécaires intégralement et à temps, vous risquez d’avoir un impact négatif sur votre historique et sur votre pointage de crédit », a ajouté Kuzmic. « Ce que certains pourraient considérer comme un petit mensonge blanc pendant le processus de demande de prêt hypothécaire pourrait avoir des conséquences juridiques ou devenir une leçon très difficile à apprendre pour les gens s’ils ne peuvent pas honorer leurs versements hypothécaires. »

Petits mensonges blancs
En ce qui concerne la fraude hypothécaire, les résultats du sondage d’Equifax ont révélé que :

  • 19 % des millénaires interrogés ont indiqué qu’ils n’avaient pas entièrement dit la vérité sur une demande de crédit ou de prêt, contre 12 % en moyenne nationale;
     
  • 53 % des consommateurs interrogés ont indiqué que la fraude hypothécaire constituait un problème croissant;
     
  • 51 % des répondants au sondage ont indiqué qu’ils pensaient que la fraude hypothécaire était plus susceptible d’être perpétrée par le crime organisé; 56 % des répondants de la génération du millénaire ont souscrit à cette affirmation, tout comme 63 % des répondants du Québec, le plus élevé de toutes les provinces;
     
  • 16 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles pensaient que la fraude hypothécaire était un crime sans victime (une infraction légale à laquelle toutes les parties consentent et aucune partie n’est blessée); ce chiffre était plus élevé parmi les millénaires interrogés, soit 23 %.

Connaître le pointage sur le crédit
En plus d’une majorité de répondants estimant que la fraude hypothécaire est un problème croissant, le sondage a également révélé que les consommateurs ne vérifient pas leurs pointages de crédit lorsqu’ils planifient le traitement des demandes de prêt hypothécaire :

  • 60 % des répondants au sondage ont déclaré ne pas avoir vérifié leur pointage de crédit avant de contacter un prêteur pour obtenir un prêt hypothécaire. Ce pourcentage est inférieur aux 68 % qui ont déclaré ne pas l’avoir fait dans une enquête similaire menée en 2014;
     
  • Les répondants au sondage qui sont propriétaires sont beaucoup plus susceptibles d’avoir vérifié leur pointage de crédit avant de contracter un emprunt immobilier, comparé à 2014 (32 % contre 26 %);
     
  • En 2019, les répondants au sondage étaient beaucoup plus susceptibles de connaître leurs pointages de crédit, comparé à 2014 (40 % contre 23 %).

« Les prêteurs hypothécaires examinent de près les pointages de crédit, ainsi que d’autres informations comme votre revenu, afin de déterminer votre capacité à rembourser un prêt », a expliqué Kuzmic. « Des antécédents de crédit inégaux ne sont pas une bonne recette pour réussir à obtenir un financement pour ce qui pourrait être l’achat le plus important que vous ferez.

« C’est encourageant de constater que plus de gens connaissent leurs pointages de crédit aujourd’hui comparé à il y a cinq ans, mais si une personne sait que ses pointages de crédit sont faibles, alors ils devraient prendre le temps d’établir un bon comportement en matière de crédit avant d’aller voir un prêteur hypothécaire », a-t-elle ajouté. « Cela nous dit que, en tant qu’industrie, nous avons l’occasion d’éduquer les gens sur le processus menant à une demande d’hypothèque. »

En règle générale, les pointages de crédit ont une graduation allant de 300 à 900 – plus le pointage est élevé, mieux c’est. Les pointages de crédit supérieurs à 660 sont considérés comme bons par la plupart des prêteurs. Kuzmic, cependant, suggère que le pointage de crédit minimal requis pour obtenir un prêt hypothécaire soit d’environ 600 à 680, selon le prêteur.

Défis liés à l’achat d’une maison
Interrogés sur les difficultés spécifiques liées au coût élevé de l’achat d’une maison aujourd’hui, les résultats du sondage ont révélé que :

  • 61 % des consommateurs interrogés pensent que les investissements étrangers dans l’immobilier sont la principale cause de la hausse des prix de l’immobilier; 69 % des personnes interrogées qui envisagent d’obtenir un prêt hypothécaire pensent que c’est le cas;
     
  • Près de huit sur dix, soit 78 %, des consommateurs interrogés pensent que le gouvernement fédéral devrait aider les acheteurs de maison d’une manière ou d’une autre, avec 70 % déclarant qu’ils devraient faire plus pour aider les acheteurs d’une première maison;
     
  • Un peu moins de la moitié des consommateurs interrogés, soit 48 %, estiment que le gouvernement devrait assouplir le test de résistance des emprunteurs hypothécaires pour ceux qui achètent pour la première fois. Environ 47 % des personnes interrogées pensent que le test de résistance des prêts hypothécaires devrait être assoupli pour tous les acheteurs et 38 % des personnes interrogées pensent que le gouvernement fédéral devrait éliminer complètement le test de résistance.

Le sondage a été mené en ligne à l’aide de l’hebdomadaire OMNI de Léger, par le biais de LegerWeb, et a permis de recueillir un échantillon représentatif de 1 545 Canadiens de partout au pays. Un échantillon de cette taille donnerait une marge d’erreur de +/-2,5 pour cent, 19 fois sur 20.

À propos d’Equifax
Equifax est une société mondiale de de données, de produits d’analyse et de technologie et est convaincue que les connaissances favorisent le progrès. La société associe une gestion des données, des produits d’analyse et une technologie uniques avec une passion pour servir les clients du monde entier afin de créer des perspectives qui permettent aux décisions de pouvoir de faire avancer les gens. Equifax, dont le siège social est à Atlanta, mène ses activités ou investit dans 24 pays en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Elle est membre de l’indice Standard & Poor’s (S&P) 500®. Les actions ordinaires de l’entreprise se négocient à la Bourse de New York sous le symbole EFX. Equifax compte environ 11 000 employés partout à travers le monde. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez Equifax.ca et suivez les nouvelles de l’entreprise sur Twitter et LinkedIn.

Les informations contenues dans ce communiqué de presse sont publiées par Equifax Canada Co.© 2019 Tous droits réservés. Ce communiqué de presse vise uniquement à fournir de l’information et il ne s’agit pas de conseils juridiques et le contenu ne doit pas être utilisé ou interprété comme des conseils juridiques. L’information vous est fournie telle quelle, sans aucun gage ou garantie d’aucune sorte, explicite ou implicite. Equifax ne peut en aucun cas être tenue responsable envers vous ou toute autre personne de toute perte ou dommage résultant de, découlant de ou liés à l’utilisation de ces informations par vous ou par toute autre personne. Les utilisateurs de cette publication informative devraient consulter leur propre avocat pour obtenir des conseils juridiques.

Contacts avec les médias :

Andrew Findlater
SÉLECT Relations publiques
afindlater@selectpr.ca
(416) 659-1197