La dette à la consommation est en hausse en raison du nombre accru de renouvellements hypothécaires

– L’encours total de la dette atteint 1,991 billion de dollars –

Anjou, Quebec, CANADA


TORONTO, 03 sept. 2020 (GLOBE NEWSWIRE) -- Malgré les répercussions économiques de la pandémie de COVID-19, une forte reprise du marché immobilier canadien et un ralentissement du remboursement des prêts hypothécaires existants ont aidé à porter la dette à la consommation à 1,991 billion de dollars au deuxième trimestre selon le plus récent rapport d’Equifax Canada sur les conditions du crédit à la consommation. La dette à la consommation a augmenté de 2,8 % par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent.                

La hausse des soldes des prêts hypothécaires a contribué à faire monter l’endettement moyen par personne à 73 532 $, soit une hausse de 2,2 % par rapport au deuxième trimestre de 2019. La reprise des ventes de maisons après les baisses enregistrées en mars et en avril en raison de la pandémie a joué en faveur des prêts hypothécaires, en plus de favoriser une hausse des activités de refinancement et du prix moyen des maisons. L’endettement non hypothécaire moyen a diminué par rapport à 2019 alors que les cartes de crédit, les prêts automobiles et les marges de crédit ont subi le contrecoup de l’arrêt de l’activité économique dans la plupart des régions.

« L’activité hypothécaire a résisté aux vents contraires de la COVID-19 et a montré les premiers signes de regain », a déclaré Rebecca Oakes, vice-présidente adjointe, Analyse avancée chez Equifax Canada. « Une reprise se profile à l’horizon pour d’autres produits de crédit, alors que les dépenses par carte de crédit ont commencé à augmenter en juin. Les niveaux des dépenses par carte de crédit des consommateurs qui n’ont pas recours au report de paiement sont revenus à ce qu’ils étaient avant la pandémie à la fin du trimestre. »

L’utilisation de mécanismes de soutien pendant la crise a été généralisée avec plus de trois millions de consommateurs ayant eu recours à une mesure d’adaptation pour leurs paiements à un moment ou à un autre depuis février. Les consommateurs qui ont été les plus enclins à recourir à une forme quelconque de report des paiements sont le groupe des 35-44 ans (15,1 %), comparativement aux aînés (5,7 %). La tendance en matière de reports a toutefois diminué au cours des dernières semaines.

« La situation est différente pour tous. Certains consommateurs qui éprouvaient des difficultés financières avant la pandémie affichent un meilleur comportement en matière de crédit depuis mars et peuvent tirer parti des reports de paiement pour rembourser leurs dettes », ajoute Mme Oakes. « Pour d’autres, le fardeau financier dans le contexte de la pandémie a fait en sorte qu’ils ont manqué plusieurs paiements. »

Répercussions de la pandémie sur les défaillances et les faillites

Le taux de défaillance de plus de 90 jours (le pourcentage d’utilisateurs de crédit ayant trois paiements ou plus en retard) pour les prêts non hypothécaires est passé à 1,24 % (10,6 % de plus qu’au deuxième trimestre de 2019). Cette tendance à la hausse se poursuit depuis 2019 et ne permet pas de mesurer toute l’ampleur des répercussions de la COVID-19. Les jeunes emprunteurs accusent une baisse du taux global de délinquance par rapport au T1, mais cette tendance peut être attribuable à l’utilisation accrue des reports de paiement et des prestations d’aide gouvernementale.

« Grâce aux divers mécanismes de soutien, les taux de défaillance se sont relativement bien maintenus et ne reflètent pas la forte hausse des pertes d’emploi », a conclu, Mme Oakes. « Avant le début de la pandémie, une personne ayant recours aux paiements différés sur cinq éprouvait déjà des difficultés financières. Certains de ces consommateurs auront peut-être du mal à reprendre le dessus alors que les mécanismes de soutien offerts commencent à diminuer. »

Taux d’endettement (à l’exclusion des prêts hypothécaires) et de défaillance

ÂgeEndettement
moyen
(T2 2020)
Variation moyenne de
l’endettement
sur 12 mois
(T2 2020 comp. à T2 2019)
Taux de défaillance
(T2 2020)
Variation du taux de défaillance
sur 12 mois
(T2 2020 comp. à T2 2019)
18-258 532 $-0,94 %1,73 %2,35 %
26-3517 596 $-3,31 %1,73 %8,37 %
36-4527 669 $-3,90 %1,41 %10,85 %
46-5535 135 $-2,36 %1,08 %13,00 %
56-6529 611 $-2,15 %0,95 %11,86 %
65 et plus16 074 $-2,87 %1,10 %12,11 %
Canada23 035 $-3,00 %1,24 %10,62 %

Analyse des grandes villes – Taux d’endettement (à l’exclusion des prêts hypothécaires) et de défaillance

VilleEndettement
moyen
(T2 2020)
Variation moyenne de
l’endettement
sur 12 mois
(T2 2020 comp. à T2 2019)
Taux de défaillance
(T2 2020)
Variation du taux de défaillance
sur 12 mois
(T2 2020 comp. à T2 2019)
Calgary28 890 $-3,64 %1,46 %12,54 %
Edmonton27 571 $-4,23 %1,72 %15,68 %
Halifax22 790 $-3,69 %1,47 %-4,79 %
Montréal17 053 $-5,07 %1,33 %11,73 %
Ottawa21 819 $-4,66 %1,04 %13,43 %
Toronto22 651 $-3,08 %1,34 %13,79 %
Vancouver25 940 $-3,13 %0,86 %14,78 %
St. John’s24 775 $-2,67 %1,65 %-3,17 %
Fort McMurray39 142 $-0,82 %2,09 %19,59 %

Analyse par province – Taux d’endettement (à l’exclusion des prêts hypothécaires) et de défaillance et montant des faillites

ProvinceEndettement
moyen
(T2 2020)
Variation moyenne de
l’endettement
sur 12 mois
(T2 2020 comp. à T2 2019)
Taux de défaillance
(T2 2020)
Variation du taux de défaillance
sur 12 mois
(T2 2020 comp. à T2 2019)
Ontario23 663 $-2,75 %1,13 %12,83 %
Québec19 054 $-3,14 %1,08 %9,58 %
Nouvelle-Écosse22 019 $-2,67 %1,71 %-3,08 %
Nouveau-Brunswick23 324 $-1,69 %1,80 %-1,46 %
Î.-P.-É.22 728 $-2,08 %1,18 %-9,81 %
Terre-Neuve23 452 $-1,95 %1,75 %-4,78 %
Région de l’Est22 782 $-2,17 %1,71 % -3,28 %
Alberta28 261 $-3,84 %1,63 %13,78 %
Manitoba18 243 $-3,58 %1,50 %8,68 %
Saskatchewan23 984 $-3,59 %1,61 %5,77 %
Colombie-Britannique24 289 $-2,96 %1,02 %15,03 %
Région de l’Ouest25 063  $-3,42 %1,36 %12,63 %
Canada23 035  $-3,00 %1,24 %10,62 %

* Selon les données Equifax pour le T2 2020.

À propos d’Equifax
Chez Equifax (NYSE : EFX), nous croyons que les connaissances entraînent le progrès En tant que société internationale exploitant ses activités dans les secteurs des données, des analyses et des technologies, Equifax joue un rôle essentiel dans l’économie mondiale en aidant les institutions financières, les entreprises, les employés et les organismes gouvernementaux à prendre des décisions cruciales avec une assurance accrue. En s’appuyant sur son ensemble unique de données différenciées ainsi que sur des analyses et des solutions infonuagiques de pointe, elle offre des aperçus qui favorisent la croissance de ses clients et aident les gens à aller de l’avant. Ayant son siège social à Atlanta et comptant plus de 11 000 employés partout dans le monde, Equifax exploite ses activités ou possède des investissements dans 25 pays en Amérique du Nord, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Europe et dans la région d’Asie-Pacifique. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Equifax.ca et suivez les nouvelles de l’entreprise sur LinkedIn.

Personnes-ressources :

Andrew Findlater
SELECT Public Relations
afindlater@selectpr.ca
647 444-1197

Relations avec les médias – Equifax Canada
MediaRelationsCanada@equifax.com