L'Association canadienne de la construction souhaite voir une hausse des investissements dans les infrastructures durables pour bâtir l'économie propre au Canada

Ottawa, CANADA


OTTAWA, 25 mars 2021 (GLOBE NEWSWIRE) -- L'Association canadienne de la construction (ACC) a publié un document de recherche, intitulé Force, résilience et durabilité : Recommandations du secteur de la construction du Canada sur les mesures d’adaptation au changement climatique. Ce document met en relief les avantages d'une infrastructure durable et résiliente, apte à résister aux effets du changement climatique, et souligne qu'il est impératif d'investir dans des infrastructures durables, notamment dans le cadre des efforts de relance économique liés à la pandémie de COVID-19.

Dans le document Force, résilience et durabilité, l'ACC examine les mesures d'adaptation des industries de la construction mondiales et canadiennes à ce jour et utilise ces connaissances pour formuler des recommandations sur la façon dont l'industrie pourrait travailler aux côtés des gouvernements pour accélérer les avancées vers l'atténuation des effets du changement climatique sur les infrastructures.

« L'industrie canadienne de la construction a déjà mis en œuvre de nombreuses pratiques durables et entend continuer dans cette voie. Toutefois, elle est aux prises avec deux défis majeurs : le manque d'investissements publics et un environnement défavorable à l'innovation dans le secteur, de déclarer Mary Van Buren, présidente de l'ACC. Les discussions sur la reprise économique offrent au gouvernement et à notre industrie l’occasion unique d’unir leurs efforts afin de garantir que les infrastructures de grande envergure soient construites avec la résilience requise pour résister aux nouvelles tendances météorologiques et aux phénomènes naturels engendrés par le changement climatique ».

Pour bâtir la future économie propre du Canada et créer de bons emplois, il faut changer la façon dont les projets d'infrastructure publique sont choisis et financés. Le secteur canadien de la construction représente aujourd’hui 141 milliards de dollars du PIB par an et emploie environ 1,4 million de personnes dans tout le pays, d'où l'importance que revêt le potentiel de changement dans ce secteur. L'un des obstacles à l'investissement vert est le coût initial élevé, même si cela peut être compensé par des coûts inférieurs pendant la durée de vie des biens. En fait, les recherches montrent que les avantages d'investir dans les infrastructures vertes peuvent l'emporter sur les coûts, dans une mesure de six pour un.

En matière de climat, les risques auxquels sont exposées les infrastructures physiques au Canada comprennent les dommages causés par les inondations, les précipitations extrêmes, les vents violents, les tempêtes de verglas, les feux de forêt, les pannes d’électricité et pannes de réseau en périodes de canicule, la demande accrue de climatisation et la fonte du pergélisol, entre autres. Pour résoudre certains de ces problèmes, l secteur a déjà commencé à innover en réalisant des projets d'infrastructure plus résilients au changement climatique; à effectuer des rénovations pour accroître l'efficacité énergétique des bâtiments existants; à intégrer de nouveaux matériaux (ou qui ont fait leurs preuves) dans les projets; à saisir les occasions liées au besoin croissant de transparence dans le facteur de risque lié aux infrastructures; et à maximiser les partenariats dans la mesure du possible.

Le gouvernement fédéral a un rôle important à jouer dans son approche face aux pratiques d'approvisionnement, afin de rendre possibles les projets à coûts initiaux élevés et de réduire les risques liés à l'innovation. En l'absence de changements dans les pratiques existantes, pour tenir compte du besoin de résilience climatique dans les infrastructures au Canada, les coûts liés au changement climatique pourraient passer d’environ 5 milliards de dollars par an en 2020 à entre 21 et 43 milliards de dollars par an d’ici les années 2050.

Pour en savoir plus sur les recommandations, voir le document de recherche : https://www.cca-acc.com/wp-content/uploads/2021/03/Force-résilience-et-durabilité-FR.pdf

Sommarie Executif : https://www.cca-acc.com/wp-content/uploads/2021/03/Force-r%C3%A9silience-et-durabilit%C3%A9-sommaire-executif-FR.pdf

À propos de l'ACC
L’ACC représente plus de 20 000 entreprises membres provenant de 63 associations partenaires intégrées, soit des associations locales et provinciales de la construction à l’échelle du Canada. l’ACC défend les intérêts et les objectifs en matière de politiques publiques, d’enjeux liés à la législation et d’élaboration de normes au nom des entrepreneurs, des fournisseurs et des professionnels de secteurs connexes qui œuvrent dans l’industrie canadienne de la construction institutionnelle, commerciale et industrielle (ICI) ou qui travaillent de concert avec celle-ci.

Le secteur de la construction est l'un des plus grands employeurs au Canada et un contributeur majeur à la réussite économique du pays. L'industrie, composée à 70 % de petites et moyennes entreprises (PME), emploie plus de 1,4 million de Canadiens et contribue à hauteur de 7,5 % au produit intérieur brut (PIB) du Canada.

Personne‑ressource pour les médias :
Rodrigue Gilbert, vice-président des affaires publiques   
(613) 808-7435
rgilbert@cca-acc.com