Gestion agricole du Canada offre une mise à jour de l’étude « La Culture des affaires »

Ottawa, Ontario, CANADA


Comprendre les facteurs qui favorisent ou entravent l’adoption de pratiques de gestion d’entreprise agricole

Un nouveau rapport révèle que le taux d’adoption de la grande majorité des pratiques de gestion d’entreprise a considérablement diminué au cours des cinq dernières années

OTTAWA, 26 avr. 2021 (GLOBE NEWSWIRE) -- Une mise à jour de l’étude avant-gardiste réalisée en 2015 par Gestion agricole du Canada nous révèle que le taux d’adoption de la grande majorité des pratiques de gestion d’entreprise a considérablement diminué au cours des cinq dernières années, y compris pour celles qui, en 2015, avaient été jugées les plus efficaces sur le plan du rendement financier agricole.

En 2015, cette étude avait révélé que le succès de toute entreprise agricole, sans égard à la taille de celle-ci, au secteur de production dans lequel elle est exploitée ou encore à l’endroit où elle se trouve, est directement lié aux pratiques de gestion d’entreprise qu’emploie le gestionnaire agricole. Selon cette étude, les meilleurs gestionnaires d’entreprise agricole se consacrent à l’apprentissage continu, surveillent et utilisent avec soin leurs données financières et sont, dans une mesure de 30 %, plus susceptibles que les autres de consulter des conseillers en affaires. De même, dans une proportion de 50 %, ils tendent davantage que les autres à avoir et à suivre un plan d’affaires en bonne et due forme, à surveiller et à prendre en compte leurs coûts de production, à évaluer et à gérer leurs risques ainsi qu’à avoir un plan financier solide comprenant des objectifs budgétaires. Les agriculteurs qui adoptent de telles pratiques peuvent observer une augmentation de leur rentabilité pouvant atteindre 525 %.

Cinq ans se sont écoulés depuis que la première étude « La Culture des affaires » a été réalisée. « L’étude “La Culture des affaires” de 2015 nous a montré que les agriculteurs qui adoptent des pratiques de gestion d’entreprise pouvaient augmenter leur rentabilité; toutefois, les taux d’adoption de ces pratiques étaient relativement faibles. En 2020, nous voulions voir si les taux d’adoption associés à ces pratiques avaient augmenté et nous souhaitions mieux comprendre les obstacles et les facteurs de motivation qui ont une incidence sur la mise en œuvre des pratiques de gestion d’entreprise agricole dans les exploitations agricoles canadiennes et comment Gestion agricole du Canada peut aider », affirme Heather Watson, directrice générale de Gestion agricole du Canada.

Dans le cadre de la mise à jour de l’étude « La Culture des affaires », nous avons interrogé plus de 700 agriculteurs de partout au Canada détenant des exploitations agricoles de tous types et de toutes tailles. Si la capacité de lire et d’utiliser des états financiers demeure la pratique ayant le plus haut taux d’adoption (63 %), une diminution considérable a tout de même été enregistrée à cet égard depuis 2015 (le taux était alors de 73 %). En outre, la pratique montrant le plus faible taux d’adoption, soit 12 % (20 % en 2015), est toujours celle qui consiste à avoir un plan officiel de gestion des ressources humaines. Le taux d’adoption de la pratique consistant à adopter un plan d’affaires écrit est passé de 26 % à 22 %, tandis que le taux d’adoption du recours à un conseiller agricole pour favoriser l’atteinte d’objectifs d’affaires est passé de 32 % à 23 %.

Les principales constatations de l’étude révèlent que les principaux facteurs de motivation pour la mise en œuvre de pratiques de gestion d’entreprise agricole rapportés par les agriculteurs utilisant ces pratiques sont l’augmentation de la rentabilité, la gestion des risques, la préparation à la retraite ou au transfert de la ferme, la réduction du stress et l’amélioration de la qualité de vie, ainsi que l’amélioration de l’harmonie au sein de la famille et de l’équipe agricole.

L’étude révèle également que les plus grands obstacles à l’adoption de telles pratiques sont le fait que les agriculteurs ont le sentiment de pouvoir connaître du succès sans elles, tandis que d’autres estiment qu’ils n’ont pas le temps de les mettre en œuvre et ne savent pas par où commencer. Par ailleurs, certains agriculteurs désireux d’adopter des pratiques de gestion d’entreprise ont du mal à convaincre leur entourage de mettre en place des pratiques plus formelles. Le manque de compétences en communication a été cité comme étant le plus grand obstacle lorsque vient le temps de faire participer les autres personnes concernées aux activités de gestion d’entreprise agricole.

Les agriculteurs qui travaillent régulièrement avec des conseillers en affaires agricoles, les jeunes agriculteurs, les agricultrices, les agriculteurs du Québec, les horticulteurs et les exploitants de grandes fermes sont plus susceptibles que les autres agriculteurs de mettre en œuvre des pratiques de gestion d’entreprise. De plus, à l’exception des exploitants de grandes fermes, ces agriculteurs tendent davantage que les autres à recourir aux programmes et aux services de soutien offerts par les ministères provinciaux responsables de l’agriculture.

Cette étude réaffirme la nécessité pour Gestion agricole du Canada et les autres organismes voués à soutenir les agriculteurs canadiens de continuer à promouvoir une meilleure compréhension et une meilleure utilisation des pratiques de gestion d’entreprise dans les fermes canadiennes, ainsi qu’à montrer toute la valeur de ces pratiques. Même si l’on reconnaît que la plupart des agriculteurs ne se sont pas lancés dans l’agriculture pour devenir gestionnaires d’entreprise, cette étude montre que la gestion d’entreprise agricole est importante et qu’il est essentiel d’aider les agriculteurs à redéfinir leur conception de la réussite et à surmonter les obstacles apparents.

Pour lire le rapport complet, visitez le site Web de Gestion agricole du Canada au https://fmc-gac.com/programmes-services/recherche-analyse/?lang=fr#CA

Citation :

« Ces résultats de recherche sont essentiels pour éclairer la politique gouvernementale, l’affectation des ressources et les façons dont nous pouvons continuer à soutenir et à promouvoir les avantages associés aux pratiques de gestion d’entreprise agricole tout en éliminant les obstacles à leur adoption et à leur mise en œuvre. » – Heather Watson, directrice générale de Gestion agricole du Canada

À propos de Gestion agricole du Canada
Chef de file national en matière d’activités de gestion d’entreprise agricole, Gestion agricole du Canada est le seul organisme qui se consacre exclusivement à l’élaboration et à la distribution d’information, de ressources et d’outils spécialisés en gestion d’entreprise, le tout pour placer les agriculteurs canadiens sur la voie du succès. Gestion agricole du Canada peut réaliser ses activités et programmes grâce au soutien de généreux commanditaires et alliés, notamment le gouvernement du Canada, les ministères provinciaux responsables de l’agriculture, le secteur privé et le secteur sans but lucratif.

Pour plus de renseignements, contactez :
Heather Watson, directrice générale
Gestion agricole du Canada
Heather.Watson@fmc-gac.com

Une photo accompagnant ce communiqué est disponible à https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/c3f57ecb-4277-4071-b763-81d713ad2f7c/fr


MISE À JOUR DE L’ÉTUDE « La Culture des affaires »