Mise à jour sur les progrès à l'usine de démonstration de recyclage de terres rares

Boucherville, Quebec, CANADA


MONTRÉAL, 21 juill. 2021 (GLOBE NEWSWIRE) -- Ressources Géoméga Inc. (« Geomega » ou la « Société ») (TSX.V: GMA) (OTC: GOMRF), développeur de technologies propres pour l'extraction, le raffinage et le recyclage des terres rares, a le plaisir de fournir aux actionnaires la mise à jour suivante concernant la construction de l'usine de démonstration de recyclage de terres rares ainsi que certaines autres initiatives de recherche et développement (R&D) de la Société.

Travaux d'ingénierie de l'usine de démonstration
Le travail des ingénieurs externes et interne au niveau de l'ingénierie détaillée pour l'usine de démonstration progresse bien. Depuis l'achèvement des travaux des tests pilotes dont les résultats ont été publiés en janvier 2021, les ingénieurs ont passé en revue tous les travaux et les résultats des tests afin de compléter et/ou mettre à jour les modèles computationnels du procédé, les tableaux de flux, les schémas du procédé (PFD), le bilan thermique et massique, les critères de conception du procédé (PDC), logique et schémas de contrôle du procédé (PCD), le calendrier des opérations, le traitement des effluents gazeux et les examens de sûreté associées.

Les devis initiaux pour l'équipement de l'usine ont été reçus et sont mis à jour régulièrement en fonction de tout changement résultant des travaux ci-dessus, comme le dimensionnement des équipements. Avec l’étape de la sélection de la technologie requise pour les différents équipements maintenant terminée, la Société procédera à la commande des équipements dès que les travaux d'ingénierie susmentionnés ainsi que l'examen de la conception des équipements seront finalisés. Nous prévoyons débuter l'approvisionnement à l'automne 2021.

Les travaux au cours des 6 derniers mois ont démontré que la technologie peut être étendue à l'usine de démonstration. De plus, pendant le fonctionnement normal de l'usine, celle-ci ne produira pas d'effluents liquides en plus de pouvoir produire un composé de bore et de cobalt comme sous-produits. Finalement, une étude interne a démontré le faible impact des gaz à effet de serre (GES) par rapport à l'exploitation minière conventionnelle.

Les travaux en laboratoire se poursuivent sur diverses sources de rebuts magnétiques provenant de différents fabricants d'aimants. L'objectif de ce travail est de s'assurer que la technologie peut traiter les différentes compositions chimiques et différentes sources qui devront être traitées alors que la capacité de l'usine de démonstration passera de 1,5 tonne par jour (t/j) à 4,5 t/j. La société a travaillé sur 4 échantillons de résidus d'aimants différents (copeaux) fournis par certains des plus grands fabricants d'aimants du Japon et fabricants occidentaux opérant en Chine. Les copeaux représentant l'une des plus importantes sources d'approvisionnement potentielles à l'avenir, il était important de tester les différents flux pour évaluer les taux de récupérations et données économiques. Chacun des flux provenant de différents manufacturiers ont leurs propres particularités et la Société a proposé et testé une méthode de prétraitement qui pourra être utilisée au besoin. La conclusion de notre équipe d’ingénieurs est qu’il apparait que la technologie de recyclage de terres rare est très robuste et sera capable de traiter les différents flux précités.

Activités de recherche et développement
Les activités de R&D sur d'autres flux de métaux critiques et stratégiques se poursuivent également. L'équipe technique ayant triplé de taille au cours des 18 derniers mois, une partie de l'équipe est dédiée aux travaux de l'usine de démonstration tandis que le reste de l'équipe travaille en parallèle pour tirer parti de l'expertise acquise et l'appliquer à d'autres flux potentiels dont le projet de terres rares Montviel. Faisant suite aux travaux sur les résidus de bauxite qui continuent d'avancer, la Société applique maintenant sa technologie de traitement favorable au fer à des flux qui pourraient fournir des matières premières d’une manière plus durable à d'autres industries clés nécessitant des métaux critiques, comme les batteries Li-ion. La capacité de la Société à recycler ses principaux réactifs est un élément clé pour offrir potentiellement une solution écologique à l'industrie minière.

« Créer une nouvelle technologie durable pour recycler les terres rares est un défi en soi et notre équipe de chercheurs et d'ingénieurs a mené à bien les tâches requises dans le but d'établir une base solide pour assurer le succès de notre usine de démonstration. Alors que les travaux d'ingénierie avancent et que nous approchons de l’étape de l'approvisionnement, notre équipe de R&D teste continuellement le potentiel de notre technologie et jette les bases pour assurer la croissance à long terme pour Geomega et ses actionnaires. Étant entièrement financés pour la construction, nous nous concentrons sur la production de l'usine de démonstration qui servira de colonne vertébrale à notre technologie alors que nous tentons de l’appliquer progressivement à Montviel, aux résidus de bauxite et à d'autres matériaux. » a commenté Kiril Mugerman, président et chef de la direction de Geomega.

À propos de Geomega (www.geomega.ca)
Geomega développe des technologies innovantes pour l'extraction et la séparation des éléments des terres rares et d'autres métaux critiques essentiels pour un avenir durable. Axés sur les énergies renouvelables, l'électrification des véhicules, l'automatisation et la réduction de la consommation d'énergie, les aimants de terres rares ou néo-aimants (NdFeB) sont au centre de toutes ces technologies. La stratégie de Geomega consiste à réduire progressivement les risques liés à sa technologie innovante et à générer des flux de trésorerie et un retour de valeur aux actionnaires tout en travaillant directement avec les principaux acteurs de ces industries pour recycler les aimants qui alimentent toutes ces technologies.

Alors que ses technologies sont démontrées à plus grande échelle, Geomega s'est engagé à travailler avec des partenaires majeurs pour aider à extraire de la valeur des produits provenant de l’extraction minière, des résidus miniers et d'autres résidus industriels qui contiennent des terres rares et d'autres métaux critiques. Indépendamment du métal ou de la source, Geomega adopte une approche cohérente pour réduire l'impact environnemental et contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre en recyclant les principaux réactifs du processus.

Le projet principal de Geomega est basé sur la technologie ISR (Innord’s Separation of Rare Earths), un moyen exclusif, peu coûteux et respectueux de l’environnement, d’exploiter un marché mondial de 1,5 milliard de dollars canadiens pour recycler les rebuts de production d’aimants et les aimants en fin de vie de manière rentable et sécuritaire.

Geomega est également propriétaire du gisement de carbonatite de terres rares de Montviel, la plus grande estimation des ressources de bastnaesite 43-101 en Amérique du Nord et détient plus de 16,8 millions d'actions, représentant environ 19% des actions émises et en circulation, de Kintavar Exploration Inc. (KTR.V), une société d'exploration minière qui fait progresser l'exploration stratiforme de Mitchi pour des projets de cuivre au Québec, Canada.

Pour plus de détails, contactez:
Kiril Mugerman
Président & CEO
450-641-5119 ext. 5653
kmugerman@geomega.ca

Nancy Thompson
Vorticom Public Relations
212-532-2208
nancyt@vorticom.com
Twitter: @Geomega_REE

Mises en garde concernant les énoncés prospectifs
La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité à l’égard de la pertinence ou de l’exactitude du présent communiqué.

Ce communiqué de presse peut contenir de l’information prospective ou des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. L’information prospective et les énoncés prospectifs peuvent inclure entre autres, des énoncés relatifs aux projets, les coûts, les objectifs et la performance de la Société, ou des hypothèses relatives à ce qui précède. Dans ce communiqué de presse, les termes comme « pouvoir », « croire », « s’attendre à », « avoir l’intention », « planifier », « prévoir », « potentiel », « projets », « estimer », « continuer », ou des variantes ou des formes négatives de tels termes ou encore d’une terminologie comparable, sont utilisés pour identifier des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne devraient pas être interprétés comme une garantie des rendements ou résultats futurs, et ne devraient pas nécessairement donner des indications précises concernant le moment qu’un tel rendement pourra être réalisé. Rien ne garantit que les évènements prévus dans l’information prospective de ce communiqué de presse se concrétiseront, y compris la commercialisation des technologies mentionnées ci-dessus, ou, si l’un ou l’autre de ces évènements se concrétisent, quels seront les avantages que la Société en tirera. L’information prospective et les énoncés prospectifs sont basés sur l’information disponible au moment de la diffusion de ce communiqué de presse et/ou sur les prévisions faites de bonne foi par la direction, sous réserve des incertitudes, hypothèses et autres facteurs prévus ou non dont plusieurs sont indépendants de la volonté de la Société. Ces risques, incertitudes et hypothèses incluent sans s’y limiter, ceux décrits à la rubrique portant sur les facteurs de risque de la notice annuelle de la Société, pour l’exercice terminé le 31 mai 2020, y compris la disponibilité de matières premières provenant de tierces parties raisonnablement disponibles pour l’usine de démonstration, laquelle est disponible sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com; qui peuvent faire en sorte que les résultats, le rendement ou les résultats à venir de la Société soient considérablement différents de ceux indiqués de façon explicite ou implicite dans de tels énoncés prospectifs. La Société n’entend pas ni ne s’engage à actualiser ou revoir l’information prospective ou les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué de presse à la lumière de nouveaux renseignements, subséquents ou autres, sauf dans les cas prévus par les lois applicables.