L’Association du Centre Juno Beach invite à ne jamais oublier les soldats canadiens qui ont pris part au raid sur Dieppe avec sa campagne postale Il a vécu où vous vivez

Burlington, Ontario, CANADA


BURLINGTON, Ontario, 29 juill. 2022 (GLOBE NEWSWIRE) -- Le Centre Juno Beach (CJB), musée et mémorial canadien de la Seconde Guerre mondiale en Normandie, en France, annonce aujourd’hui le lancement d’une campagne de cartes postales commémoratives, intitulée « Il a vécu où vous vivez ». Des cartes postales personnalisées sont envoyées à l’adresse de 400 résidences, disséminées partout au pays, qui ont déjà été occupées par des soldats disparus lors du raid sur Dieppe, en 1942.

« Ces cartes postales créent un lien très personnel avec ces jeunes héros partis au combat qui ont perdu la vie durant le tragique raid sur Dieppe il y a 80 ans, a déclaré Alex Fitzgerald-Black, directeur général de l’Association du Centre Juno Beach. Ce raid restera gravé dans notre mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale, et nous avons la responsabilité de nous souvenir que chaque soldat qui y a participé avait sa personnalité, un métier, une famille et une adresse. L’envoi de cartes postales nous rappelle que la présence de ces soldats dans nos communautés peut être retracée, même de nos jours. »

En 2021, le CJB s’est lancé dans la compilation des dossiers d’attestation militaire des soldats canadiens morts pendant le raid. En vérifiant les adresses répertoriées sur ces documents, l’on a pu recenser près de 400 adresses toujours valides. À la fin de juillet 2022, chacune de ces adresses aura reçu une carte postale contenant des renseignements sur le soldat disparu à Dieppe qui y résidait autrefois, au moment de s’enrôler.

Le raid sur Dieppe a constitué le premier grand combat de l’Armée canadienne contre l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agissait d’une opération d’un seul jour, le 19 août 1942, menée principalement par les troupes canadiennes avec le soutien terrestre, aérien et naval des troupes britanniques et américaines. L’objectif officiel du raid reste entouré de mystère, nourrissant une certaine mythologie et de nombreuses controverses.

En moins de dix heures de combat, les deux tiers d’une force de 4 963 Canadiens ont été blessés, faits prisonniers ou tués. Au total, plus de 900 soldats canadiens ont été tués au combat ou sont morts de leurs blessures, dont près de 600 sont enterrés au cimetière de guerre canadien de Dieppe à Hautot-sur-Mer, en France.

Des régiments de tout le pays ont participé au raid. Même si la moitié seulement des adresses de ces soldats tués pendant le raid sont encore valides, elles sont représentatives de cette diversité. Des cartes postales seront envoyées en Nouvelle-Écosse (1), au Nouveau-Brunswick (1), au Québec (50), en Ontario (316), au Manitoba (22), en Saskatchewan (5), en Alberta (4) et en Colombie-Britannique (1).

« À l’aube du 80e anniversaire du raid sur Dieppe, de moins en moins de Canadiens entretiennent un lien personnel les incitant à se souvenir de cet événement, a observé M. Fitzgerald-Black. En leur présentant des soldats qui ont vécu là où ils vivent, nous espérons créer ou resserrer ce lien qui perpétuera le souvenir d’un passé de plus en plus lointain pendant encore 80 ans, et même davantage. »

En plus de la campagne Il a vécu où vous vivez, le CJB souligne le 80e anniversaire en présentant une nouvelle exposition temporaire à son musée en Normandie, intitulée « De Dieppe à Juno » et en donnant accès à un site Web éducatif au junobeach.org, intitulé « Qui raconte l’histoire de Dieppe? ».

Vous trouverez de plus amples renseignements sur la campagne Il a vécu où vous vivez et d’autres initiatives que le CJN a lancées dans la foulée du 80e anniversaire de Dieppe sur la page Commémoration du 80e anniversaire du raid de Dieppe.

LE CENTRE JUNO BEACH

Le Centre Juno Beach a été fondé en 2003 comme un lieu de mémoire permanent dédié à tous les Canadiens qui ont pris part à la victoire des Alliés durant la Seconde Guerre mondiale afin de préserver cet héritage pour les générations futures par l’éducation. Situé en Normandie, en France, il rend hommage aux quelque 45 000 Canadiens qui ont péri pendant la guerre, dont 5 500 au cours de la bataille de Normandie et 359 le jour J. Près de 20 ans et plus de 1 million de visiteurs plus tard, le Centre a été désigné comme un site d’importance historique nationale pour le Canada. L’Association du Centre Juno Beach, un organisme de bienfaisance établi à Burlington, en Ontario, au Canada, en est la propriétaire et l’exploite. Pour en savoir davantage, prière de consulter le site au www.junobeach.org/fr/.

Faits en bref : le raid sur Dieppe

  • Le raid sur Dieppe est survenu le mercredi 19 août 1942.
  • Initialement prévu sous le nom d’opération Rutter, le raid de Dieppe s’est plutôt déroulé sous celui d’opération Jubilee.
  • L’opération Rutter est annulée au début de juillet 1942 en raison du mauvais temps et d’une attaque aérienne allemande sur le convoi devant mener le raid.
  • Lord Louis Mountbatten, chef des opérations combinées, relance le raid avec le soutien de l’Aviation royale du Canada et de l’Armée canadienne.
  • La 2e Division d’infanterie canadienne et le 14e régiment canadien de chars d’armée qui lui est rattaché (le Calgary Regiment) fournissent 4 963 des 6 090 soldats participant au raid.
  • La Marine royale, de son côté, rassemble une force de 253 navires de guerre et de débarquement pour soutenir l’opération.
  • Les Alliés engagent quelque 1 190 avions dans l’opération et affrontent 313 avions allemands. Le raid sur Dieppe devient ainsi l’une des plus grandes batailles aériennes d’une journée de la guerre.
  • Cinquante Rangers de l’Armée américaine participent au raid de Dieppe. C’est la première fois que des forces terrestres américaines font face à des troupes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Forces aériennes de l’Armée américaine fournissent également environ 150 avions et équipages.
  • Bien que les Canadiens constituent la majeure partie de la force de raid, les Britanniques, les Américains, les Polonais, les Belges, les Norvégiens, les Tchèques, les Néo-Zélandais et les Français libres y prennent part aussi. La plupart de ces contributions sont apportées en mer ou dans le ciel.
  • En neuf heures de combat, les forces canadiennes déplorent plus de 800 morts, les deux tiers de ses hommes étant tués, blessés ou capturés.
  • Les pertes totales de l’Armée canadienne s’élèvent à 3 367, dont 907 morts (y compris ceux qui sont décédés des suites de leurs blessures et ceux qui se sont éteints alors qu’ils étaient prisonniers de guerre) et 1 946 capturés.
  • Deux régiments basés à Toronto combattent à Dieppe : le Royal Regiment of Canada (554 soldats) et le Toronto Scottish Regiment (125 soldats). Le Royal Regiment subit 524 pertes lors de son assaut sur la plage « Bleue », juste à l’est de Dieppe, dont 227 tués, 33 blessés et 264 capturés – bon nombre de ceux-ci sont aussi blessés. Le Toronto Scottish subit 13 pertes, dont un soldat tué, huit blessés et quatre capturés.
  • Le nombre de victimes du raid sur Dieppe a dépassé celui du premier jour de la bataille de la Somme, généralement considéré comme le plus sanglant de l’histoire militaire britannique.
  • Les raisons invoquées pour justifier le raid sur Dieppe varient, entre la tenue d’une répétition générale du jour J et une tentative d’apaisement de l’Union soviétique, en passant par la mise en place d’un « second front » par les États-Unis en 1942.
  • De nouvelles preuves suggèrent que ce raid avait un objectif secret : capturer une machine Enigma allemande et des livres de codes pour aider les cryptanalystes britanniques à briser les codes allemands.
  • Le raid sur Dieppe n’a pas permis de recueillir ces renseignements, mais les Britanniques ont brisé les codes allemands en novembre 1942 après s’en être emparés sur un sous-marin allemand.

    L’objectif global du raid sur Dieppe, y compris l’importance accordée au fait de « pincer » une machine Enigma et des livres de codes à Dieppe, continue de faire l’objet de débats parmi les historiens.

 

Contact Data