Résultats du 1er trimestre 2021 - Tarkett

PARIS LA DEFENSE Cedex, FRANCE


Résultats T1 2021 : baisse des ventes en ligne avec les attentes du Groupe, inflation des coûts d'achat pesant sur la rentabilité

Résultats du 1er trimestre 2021

  • Chiffre d'affaires net en baisse de -8,5 % et de -3,8 % à taux de change et périmètre comparable par rapport au T1 2020, reflétant le lent redémarrage du commercial, compensé en partie par la poursuite de la reprise en résidentiel ;
  • EBITDA ajusté de 34,0 millions d'euros, soit une marge de 6,1 %, en baisse par rapport à l'année dernière en raison de la baisse des ventes et de la hausse des coûts d'achat à la fin du trimestre;
  • Pénuries chez certains fournisseurs et nouvelles hausses de prix des matières premières et du transport entraînant une hausse des coûts d'achat au 1er trimestre 2021 ;
  • Inflation des coûts d’achat estimée désormais à environ 100 millions d’euros pour 2021 - Hausses supplémentaires des prix de vente en cours, avec pour objectif de compenser environ 50% de l'inflation des coûts d'achat en 2021 ;
  • Bonne flexibilisation des coûts à court terme et poursuite des économies structurelles (24,1 millions d'euros, dont 14,7 millions d'euros d’économies structurelles) ; la réduction des coûts est en bonne voie pour être supérieure à 30 millions d'euros en 2021 ;
  • Structure financière solide avec une dette nette post IFRS 16 de 536,8 millions d'euros à fin mars, soit 2,0x l'EBITDA ajusté des 12 derniers mois ;  
  • L’accélération de l'inflation des coûts d'achat et la faible visibilité confirmée sur les segments des bureaux et de l'hôtellerie devraient retarder d'au moins un an la réalisation de l'objectif de rentabilité à moyen terme pour 2022 (EBITDA ajusté supérieur à 12%).

Paris, le 23 avril 2021 : le Conseil de Surveillance de Tarkett (Euronext Paris : FR0004188670 TKTT) s’est réuni le 23 avril et a examiné les résultats consolidés du Groupe pour l’exercice du premier trimestre 2021.

Le Groupe utilise des indicateurs alternatifs de performance (non définis par les normes IFRS) décrit en détails dans l’annexe 1 en page 6 de ce document) :

En millions d’euros T1 2021 T1 2020 Variation en %
Chiffre d’affaires
Dont croissance organique
558,8 610,7 -8,5%
-3,8%
EBITDA ajusté
% du chiffre d’affaires
34,0          6,1% 42,4
6,9%
-19.8%

Commentant ces résultats, Fabrice Barthélemy, Président du Directoire a déclaré: « Comme nous l’avions anticipé, ce début d'année est difficile, certains segments commerciaux étant encore pénalisés en raison d’un manque de visibilité. Nous devons aussi faire face à une très forte inflation des coûts d'achat combinée à des pénuries et des problèmes de livraison de la part de nos fournisseurs. Compte tenu de cet environnement difficile, nous priorisons l'augmentation de nos prix de vente et la mise en œuvre de nos plans de réduction des coûts. Nous poursuivons également les initiatives stratégiques de notre feuille de route Change to Win, et continuons à faire des progrès significatifs dans notre transformation. Cependant, l'impact de la pandémie sur la demande nous pénalise à court terme et nous restons prudents quant au rythme de la reprise. »

  1. Chiffre d’affaires par segment
En millions d’euros T1 2021 T1 2020 Variation Dont croissance organique
EMEA 220,5 227,7 -3,2% -4,0%
Amérique du Nord 160,4 196,1 -18,2% -11,0%
CEI, APAC & Amérique Latine 112,5 109,7 2,6% 13,2%
Sports 65,4 77,1 -15,3% -9,1%
Total Groupe 558,8 610,7 -8,5% -3,8%

Le segment EMEA a enregistré un chiffre d'affaires net de 220,5 millions d'euros, en baisse de -3,2% par rapport au T1 2020, reflétant une baisse organique de -4,0% et une fluctuation favorable des taux de change, principalement grâce à la couronne suédoise. La demande est restée inférieure à l'année dernière mais s'est légèrement améliorée par rapport au T4 2020. Les activités commerciales ont également bénéficié d’une légère amélioration grâce aux segments santé et éducation, tandis que le résidentiel a réalisé de bonnes performances malgré les confinements imposés par la situation sanitaire. L’activité du segment des bureaux est restée particulièrement faible, ce qui a entraîné une baisse des volumes de vente de moquette commerciale par rapport à l'année dernière. L'Espagne a été impactée par un faible niveau de projets de rénovation dans le secteur de l'hôtellerie. La France et l'Italie ont quant à elles enregistré un rebond significatif au premier trimestre 2021. L’activité en France a été particulièrement dynamique grâce à la croissance du résidentiel et à une reprise timide dans le commercial à l’exception du segment des bureaux. Le succès du LVT rigide s'est poursuivi au cours du trimestre et Tarkett a renouvelé sa gamme de LVT en lançant « LVT 100 ».

L’activité en Amérique du Nord est restée morose au T1 2021, en baisse de -18,2% par rapport au T1 2020, reflétant un déclin organique de -11,0% et un effet de change défavorable principalement dû à la dépréciation du dollar par rapport à l'euro en comparaison avec l'année dernière. L'activité résidentielle a poursuivi sa croissance à deux chiffres comme au T4 2020, le Groupe ayant continué à bénéficier des tendances positives de la construction et de la rénovation de résidences privées. L'activité dans son ensemble a été pénalisée par l’absence de reprise dans les segments commerciaux. La faible visibilité continue de peser sur l’activité de bureaux et de l'hôtellerie. En conséquence, l’activité de moquette commerciale est restée en baisse au cours du trimestre. Les ventes ont été mieux orientées dans le résilient mais sont restées inférieures à l'année dernière, tandis que les ventes de sols en caoutchouc et des accessoires, utilisés principalement dans les segments de l’éducation et de la santé, ont commencé à s’améliorer à la fin du trimestre. 

Le chiffre d'affaires net du segment CEI, APAC et Amérique latine a progressé de +2,6% par rapport au T1 2020, reflétant une croissance organique de +13,2% et des effets de change défavorables, principalement imputables au rouble russe et au real brésilien. Dans les pays de la CEI, l'effet volume a été largement positif grâce au dynamisme de l'activité résidentielle. Le mix, cependant, a été affecté par la part accrue des produits d'entrée et de milieu de gamme par rapport à l'année dernière. Le « lag effect » sur l’EBITDA ajusté (l’effet net des variations des devises et des prix de vente dans les pays de la CEI) a été négatif au cours du trimestre, l'ampleur de la dépréciation du rouble n'ayant pas été totalement compensée par les augmentations de prix de vente. Le chiffre d’affaires a également continué à croître en Amérique latine grâce à une forte croissance organique au Brésil reflétant des augmentations soutenues des prix de vente. Les résultats de la région APAC ont également progressé grâce au rebond de l'Australie et à un niveau d'activité soutenu dans le reste de l'Asie.  

Les ventes nettes du segment Sport sont en baisse de -15,3% par rapport à l'année dernière, en raison d'une baisse organique de -9,1 % et d'un effet de change négatif lié à la dépréciation du dollar par rapport à l'euro. En 2020, la pandémie de Covid-19 a affecté les activités sportives en Amérique du Nord plus tardivement que les activités de revêtement de sol, des projets ayant commencé à être retardés ou annulés au second semestre 2020. En raison de cet impact tardif, le volume de projets du  T1 2021 était faible, en particulier dans les activités de gazon synthétique en Amérique du Nord.

  1. EBITDA ajusté

L'EBITDA ajusté s'est élevé à 34,0 millions d'euros au premier trimestre 2021, soit une marge de 6,1% contre 6,9% au premier trimestre 2020. Alors que le Groupe est resté concentré sur la gestion des coûts compte tenu de la baisse du chiffre d'affaires, l'augmentation des prix des matières premières et des frais de transport a affecté la rentabilité. L'inflation des coûts d'achat a d'abord touché l'Amérique du Nord et pénalise désormais également les pays de la CEI et la région EMEA.

L'effet volume et mix s'est élevé à -20 millions d'euros, principalement en raison de la baisse des volumes en Amérique du Nord et dans la région EMEA. Les prix de vente ont augmenté de 3,3 millions d'euros. Cela a partiellement compensé l'inflation des coûts d'achat, qui a représenté un impact négatif de -5,6 millions d'euros au premier trimestre. Les prix des matières premières et les coûts de transport ont continué à croître au T1 2021. Des pénuries dans la chaîne d'approvisionnement ont également contribué à l'environnement inflationniste et pourraient générer des perturbations de la production au T2. Pour réduire les effets de l’inflation, Tarkett met en place des augmentations supplémentaires des prix de vente au T2. Les augmentations salariales se sont élevées à - 2,6 millions d'euros d'une année sur l'autre, reflétant les augmentations salariales contenues de 2020.

Tarkett a poursuivi l’amélioration de sa structure des coûts au 1er trimestre, ce qui a entraîné des économies structurelles de 14,7 millions d'euros. En plus de ces actions, Tarkett le a flexibilisé ses coûts de 9,4 millions d’euros pour s'adapter au niveau de la demande. La réduction globale des coûts s'est élevée à 24,1 millions d'euros au T1 2020, dont 9,9 millions d'euros de gains de productivité nets des opérations et 14,2 millions d'euros d'économies sur les frais généraux et administratifs.

Les taux de change (pays de la CEI exclus) sont restés stables d'une année sur l'autre, tandis que le « lag effect » (l’effet net des variations des devises et des prix de vente dans les pays de la CEI)  a eu impact négatif de -3,0 millions d’euros.

Une analyse chiffrée de la nature des écarts de l’EBITDA ajusté 2021 par rapport à l’EBITDA ajusté 2020 est disponible en dernière page de ce communiqué (annexe 2).

  1. Cash-flow et situation financière

Le Groupe prévoit de poursuivre la gestion rigoureuse de son besoin en fonds de roulement en 2021. L’augmentation de celui-ci au cours du premier trimestre a été limitée compte tenu d’une hausse des stocks saisonnière maîtrisée et parfois entravée par des pénuries chez les fournisseurs. A fin mars, le montant des créances cédées dans le cadre des programmes d’affacturage s’élevaient à 124,3 millions d’euros, soit une diminution de 9,6 millions d’’euros par rapport à fin décembre 2020.  Les dépenses d'investissement étaient inférieures à celles du Q1 2020 et devraient atteindre environ 90 millions d'euros sur l’ensemble de l’année (76 millions d'euros en 2020).

À la fin du mois de mars 2021, l'endettement net post IFRS 16 s'élevait à 536,8 millions d'euros soit 2,0x l'EBITDA ajusté à long terme (contre 473,8 millions d'euros et 1,7x à la fin du mois de décembre 2020 ; 763,8 millions d'euros et 2,7x à la fin du mois de mars 2020). L'augmentation saisonnière a été inférieure au niveau historique, reflétant une activité modérée au premier trimestre.

  1. Perspectives 2021 et objectifs à moyen terme

Comme prévu, la reprise des volumes n'a pas encore commencé dans le secteur commercial en raison du  manque de visibilité qui pénalise encore certains segments (bureaux, hôtellerie, sport).  Néanmoins, le Groupe anticipe une croissance significative au T2 2021 par rapport aux points bas atteints au T2 2020. Pour le reste de l'année, Tarkett reste prudent et prévoit une reprise progressive des activités commerciales et une poursuite de la croissance dans le résidentiel. Les plans d'investissement public dans les régions clés, notamment le plan de relance en Amérique du Nord, pourraient stimuler la reprise commerciale à la fin de l’année 2021, mais aucun signe d'accélération n'est perceptible à ce jour.

Dans ce contexte, Tarkett poursuit sa feuille de route stratégique Change to Win afin de générer de la  croissance durable et gagner des parts de marché avec pour objectif une croissance supérieure à celle du PIB dans les régions clés en 2021 et 2022. Pour ce faire, le Groupe compte notamment tirer parti de sa forte expertise dans les segments de la santé et de l'éducation, développer des solutions innovantes et respectueuses de l'environnement pour ses clients, renforcer sa présence et son utilisation des outils et plateformes numériques et favoriser une culture d'innovation. Le Groupe continuera également d’optimiser sa base de coûts. Tarkett prévoit de générer des économies structurelles supérieures à 30 millions d'euros en 2021.

Les prix des matières premières dérivées du pétrole et les coûts de transport ont rapidement augmenté au cours des derniers mois. Ces hausses combinées à des perturbations de la production chez plusieurs fournisseurs importants ont amené le Groupe à revoir à la hausse l’estimation de l’impact de l’inflation pour 2021. Tarkett s’attend désormais à un impact brut négatif des coûts d'achat d'environ 100 millions d'euros en 2021 (dont 5,6 millions d’euros au premier trimestre), contre 50 millions d’euros estimés en février 2021 (cf. communication des résultats 2020). Tarkett met en œuvre des augmentations supplémentaires des prix de vente dans toutes les régions avec l’objectif de compenser environ 50% de cette inflation en 2021.

Compte tenu de ce contexte inflationniste et de la lenteur de la reprise de certains segments commerciaux (bureaux et hôtellerie), Tarkett confirme que l'objectif de marge d'EBITDA ajusté d'au moins 12% en 2022 sera atteint plus tard que prévu, ce qui avait été anticipé comme probable à l’occasion de la publication des résultats annuels de 2020. Le Groupe prévoit désormais qu'il sera retardé d'au moins un an, soit au plus tôt en 2023.

Dans cet environnement volatile, Tarkett prévoit de rester sélectif sur les dépenses d'investissement et continue de surveiller de près le niveau du besoin en fonds de roulement et anticipe un free cash-flow positif en 2021. Tarkett a considérablement réduit son endettement net en 2020 et opère déjà dans le cadre de l’objectif de levier financier fixé pour la fin de l'année (dette nette sur EBITDA ajusté après application d'IFRS 16 entre 1,6x et 2,6x à chaque fin d'année). 

La conférence analystes aura lieu le 26 avril 2021 à 9 heures 30 par un service de webcast audio (en direct puis en différé) et la présentation des résultats sera disponible sur https://www.tarkett.com/fr/content/r%C3%A9sultats-financiers-0

Ce communiqué de presse peut contenir des informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations sont soumises par nature à des risques et incertitudes, tel que décrits dans le Document de Référence de la Société disponible sur son site internet (www.tarkett.com). Elles ne reflètent donc pas les performances futures de la Société, qui peuvent en différer sensiblement. La Société ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces informations.

Calendrier financier

  • 30 avril 2021 : Assemblée Générale annuelle
  • 29 juillet 2021 : Résultats financier du T2 et S1 2020 – communiqué de presse après bourse et conférence téléphonique le lendemain matin
  • 28 octobre 2021 : Résultats financier du T3 2020 - communiqué de presse après bourse et conférence téléphonique le lendemain matin

Contact Relations Investisseurs
Tarkett – Emilie Megel – emilie.megel@tarkett.com

Contacts Media
Tarkett - Véronique Bouchard Bienaymé - communication@tarkett.com
Brunswick – mailto:tarkett@brunswickgroup.com- Tel.: +33 (0) 1 53 96 83 83

A propos de Tarkett
Riche de 140 années d’histoire, Tarkett est un leader mondial des solutions innovantes de revêtements de sol et de surfaces sportives, et a réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros en 2020. Offrant une large gamme de solutions intégrant des sols vinyles, linoléum, caoutchouc, moquettes, parquets et stratifiés, gazons synthétiques et pistes d’athlétisme, le Groupe sert ses clients dans plus de 100 pays dans le monde. Avec plus de 12 000 collaborateurs et 33 sites industriels, Tarkett vend 1,3 million de mètres carrés de revêtement de sol chaque jour, à destination des hôpitaux, des écoles, de l’habitat, des hôtels, des bureaux ou commerces et des terrains de sport. Engagé dans une démarche d’économie circulaire et de réduction de son empreinte carbone, le Groupe met en place une stratégie d'éco-innovation inspirée des principes Cradle to Cradle®, alignée avec son approche Tarkett Human-Conscious Design™.  Tarkett est coté sur le marché réglementé d’Euronext (compartiment B, code ISIN FR0004188670, code mnémonique : TKTT). www.tarkett.com

Annexes

1/ Définition des indicateurs alternatifs de performance (non définis par les normes IFRS)

  • La croissance organique mesure l’évolution du chiffre d’affaires net par rapport à la même période de l’année précédente, hors effet de change et hors variations de périmètre. L’effet change est obtenu en appliquant les taux de change de l’année précédente aux ventes de l’année en cours et en calculant la différence avec les ventes de l’année en cours. Il comprend également l’effet des ajustements de prix dans les pays de la CEI destinés à compenser l’évolution des devises locales par rapport à l’euro. Au premier trimestre 2020, -8,9 millions d’euros d’ajustement à la hausse des prix de vente sont exclus de la croissance organique et inclus dans l’effet change.
  • L’effet périmètre est constitué :
    • des ventes de l’année en cours réalisées par les entités non présentes dans le périmètre de consolidation sur la même période de l’année précédente, et ce jusqu’à leur date anniversaire d’intégration,
    • de la réduction des ventes liée aux activités cédées, non présentes dans le périmètre de consolidation de l’année en cours mais intégrées dans les ventes de la même période de l’année précédente, et ce jusqu’à la date anniversaire de la cession.
En millions d’euros 2021 2020 Variation Dont effet taux de change Dont effet périmètre Dont variance organique
Total Groupe – T1 558,8 610,7 -8,5% -4,7% - -3,8%
  • L’EBITDA ajusté est le résultat d’exploitation avant dépréciations et dotations aux amortissements et retraité des produits et charges suivants : coûts de restructuration visant à accroître la rentabilité future du Groupe, plus-values et moins-values réalisées sur des cessions significatives d’actifs, provisions et reprises de provision pour perte de valeur, coûts relatifs aux regroupements d’entreprises et aux restructurations juridiques, dépenses liées aux rémunérations en actions et les autres éléments ponctuels, considérés comme non récurrents par nature.
En millions d’euros T1 2021 T1 2020 Marge T1 2021 Marge T1 2020
Total Groupe – T1 34,0 42,4 6,1% 6,9%


En millions d’euros dont ajustements
2021 Restructuration Résultat sur cession d’actifs/perte de valeur Regroupement d’entreprises Rémunération en actions Autres 2021 ajusté
Résultat d’exploitations (EBIT) -4,2 1,5 -2,0 0,0 0,6 0,7 -3,4
Dépréciation et amortissements 37,2 - - - - - 37,2
Autres 0,2 - - - - - 0,2
EBITDA 33,2 1,5 -1,9 0,0 0,6 0,7 34,0

2/ Bridges en millions d’euros

Chiffre d’affaires par division

T1 2020 610,7
+/- EMEA -9,2
+/- Amérique du Nord -21,6
+/- CEI, APAC & Amérique latine +14,5
+/- Sport -7,0
T1 2021 LfL 587,3
+/- Devises -19,6
+/- “Lag effect” en CEI +8,9
T1 2021 558,8

EBITDA ajusté par nature

T1 2020 42,4
+/- Volume / Mix -20,0
+/- Prix de vente +3,3
+/- Mat Premières & Transport -5,6
+/- Hausses des salaires -2,6
+/- Productivité +9,9
+/- SG&A +14,2
+/- Non récurrents et autres -4,8
+/- “Lag effect” en CEI -3,0
+/- Devises +0,1
T1 2021 34,0

Pièce jointe



Pièces jointes

Tarkett_Q1 2021_Results_FR