TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 9 oct. 2012) - Selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), la tendance des mises en chantier d'habitations dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de London se chiffrait à 2 172 en septembre. Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé (DDA)(1) de mises en chantier d'habitations. Quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à 1 462 en septembre, en baisse par rapport à celui de 4 499 enregistré en août.

« L'important nombre d'appartements commencés au troisième trimestre de 2012 est principalement attribuable à la mise en chantier de deux grands immeubles d'unités offertes en copropriété et en location. Les ensembles de logements en copropriété abordables et d'appartements neufs seront attrayants pour les personnes âgées de 25 à 44 ans qui ont perdu leur emploi durant la récession et qui ont par la suite trouvé un nouvel emploi. La tendance à la hausse du taux de participation de la population active au marché de l'emploi dans ce groupe d'âge indique que ces personnes sont optimistes quant à l'amélioration des perspectives d'emploi dans leur groupe d'âge », a déclaré Alexander Bonnyman, analyste principal de marché à la SCHL pour la RMR de London.

Étant donné la grande variabilité des chiffres estimatifs mensuels, la SCHL tient compte de la tendance, en plus du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, pour obtenir un portrait plus complet de l'état du marché de l'habitation. Dans certaines situations et sur certains marchés, il pourrait être trompeur de n'analyser que les DDA, car les mises en chantier d'habitations sont alimentées surtout par le segment des logements collectifs (jumelés, maisons en rangée et appartements), où l'activité peut varier beaucoup d'un mois à l'autre.

Le nombre réel de mises en chantier de maisons individuelles s'est élevé à 106 en septembre 2012. Le cumul annuel des habitations mises en chantier durant les trois premiers trimestres de 2012 a atteint 1 737, en chiffres réels. La plupart de celles-ci sont des maisons individuelles, même si les appartements ont eux aussi été nombreux depuis le début de l'année, puisque leur cumul affichait une hausse de 234 unités par rapport à celui relevé pour les mois de janvier à septembre 2011. Le cumul annuel des mises en chantier de maisons individuelles est en voie d'afficher un résultat supérieur à celui enregistré en 2011, même si le nombre d'unités commencées cette année dans cette catégorie demeure inférieur aux niveaux atteints avant la récession. La ville de London continue à augmenter sa part de mises en chantier dans la RMR, qui s'élève à 76 %, et sa part est supérieure à la moyenne de 2000 à 2010, qui est de 71 %.

Pour consulter les tableaux de données provisoires sur les mises en chantier d'habitations, en français ou en anglais, veuillez cliquer sur le lien suivant : Données provisoires sur les mises en chantier.

Mettant à contribution plus de 65 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité. Elle offre également des données, des analyses et des rapports fiables, impartiaux et actuels sur le marché de l'habitation pour aider les consommateurs et le secteur de l'habitation à prendre des décisions éclairées.

Données supplémentaires disponibles sur demande

(Also available in English)

Pour voir la graphique associée à ce communiqué, veuillez visiter le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/cmhc1009longf.pdf.

Un tableaux en relation à ce communiqué de presse est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/cmhc1009lontf.pdf.

(1) Toutes les données sur les mises en chantier mentionnées dans le présent communiqué (à l'exception des données réelles et des chiffres exprimant la tendance) sont des données désaisonnalisées annualisées (DDA), c'est-à-dire des chiffres mensuels corrigés des variations saisonnières normales et multipliés par 12 afin de refléter le rythme d'activité sur un an. En supprimant l'effet des hauts et des bas saisonniers, la désaisonnalisation permet de comparer le rythme d'activité d'une saison ou d'un mois à l'autre. Les chiffres mensuels annualisés montrent le niveau annuel où se situeraient les mises en chantier si le rythme mensuel se maintenait durant 12 mois. Il est ainsi plus facile de comparer le rythme d'activité d'un mois donné aux prévisions annuelles et aux résultats des années passées.

Renseignements:

Renseignements :
Centre d'analyse de marché
Alexander Bonnyman
416-250-2710
abonnyma@schl.ca

Relations avec les médias
Beth Bailey
416-218-3355
bbailey@schl.ca