OTTAWA, 17 janv. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Les taux de violence dans le secteur de la santé continuent d’augmenter, et c’est pourquoi la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII) a organisé une table ronde de deux jours, regroupant 17 syndicats représentant les travailleurs de la santé du pays.

« Chaque jour, le personnel infirmier et les fournisseurs de soins de première ligne se rendent au travail en sachant qu’ils peuvent recevoir des coups de pied, des coups de poing, se faire cracher dessus, insulter ou pire encore », souligne Linda Silas, présidente de la FCSII. « Cette réalité ne peut plus être tolérée, et c’est pourquoi nous nous réunissons au cours des deux prochains jours pour élaborer un plan d’action. »

Selon un sondage récent mené par la FCSII, 61 % du personnel infirmier mentionne un grave problème lié à la violence au cours de la dernière année, y compris intimidation, violence psychologique ou verbale, harcèlement racial ou sexuel, ou agression physique. Plus du tiers (66 %) ont pensé à quitter leur emploi pour travailler pour un autre employeur ou pour un emploi différent.

« C’est une marmite à pression pour les travailleurs de première ligne », ajoute Silas. « La violence s’intensifie alors que le personnel est réduit à l’os et doit, plus que jamais auparavant, gérer un plus grand nombre de patients et des patients de plus en plus malades. »

Chez les travailleurs de la santé de première ligne, le nombre de réclamations liées à la violence ayant occasionné une absence a augmenté de près de 66 % au cours de la dernière décennie, soit trois fois le taux d’augmentation chez les policiers et les agents correctionnels confondus.

La table ronde se tiendra au cours des deux prochains jours. Au programme : experts en santé et sécurité au travail, succès réalisés à l’Hôpital d’Ottawa, au Centre for Addiction and Mental Health (CAMH), et à l’Hôpital Michael Garron, trois établissements ayant déployé des efforts substantiels pour prévenir, de façon proactive, les incidents de violence. Le point culminant sera une séance pendant laquelle les participants collaboreront à l’élaboration d’une stratégie.

« En qualité de syndicats du secteur de la santé, nous avons parlé, tour à tour, de violence au travail pendant plus de deux décennies », précise Silas. « Le temps est venu d’aller au-delà des discussions et d’élaborer un plan d’action que les gouvernements, les employeurs, les syndicats et les travailleurs de première ligne pourront mettre en œuvre ensemble. »

Les syndicats suivants participeront à la table ronde : Congrès du travail du Canada, Syndicat canadien de la fonction publique, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba, Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, Syndicat des infirmières et infirmiers de la Nouvelle-Écosse, Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, Syndicat des employées et employés de la fonction publique de l’Ontario, Syndicat des infirmières et infirmiers de l’Île du Prince-Édouard, Alliance de la Fonction publique du Canada, Syndicat des infirmières et infirmiers autorisés de Terre-Neuve-et-Labrador, Syndicat des infirmières et infirmiers de la Saskatchewan, SEIU Healthcare, Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Unifor, Syndicat des travailleurs de la santé et de l’environnement (AFPC), et Infirmières et infirmiers unis de l’Alberta.

La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII) est la plus grande organisation infirmière au Canada, et représente près de 200 000 infirmières, infirmiers, étudiants et étudiantes en sciences infirmières. La FCSII lutte pour obtenir une discussion, à l’échelle nationale, sur les priorités du secteur de la santé, notamment un régime national d’assurance-médicaments, une approche globale en matière des soins continus et de longue durée, une attention plus marquée aux ressources humaines en santé, et un engagement du gouvernement fédéral par rapport à l’avenir des soins de santé publics. 

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Lauren Snowball, agente des communications à la FCSII, 613-868-5702, lsnowball@nursesunions.ca