ROUYN-NORANDA, Québec, 28 févr. 2019 (GLOBE NEWSWIRE) -- L’enquête annuelle sur les sociétés minières de l’Institut Fraser 2018 a été rendue publique ce matin et notre première lecture nous amène à conclure à l’amélioration de la position du Québec dans plusieurs catégories. L'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ) constate que le Québec se maintient dans le peloton de tête pour l’ensemble des juridictions et améliore son classement (4ème place) en n’étant devancé, au Canada que par la Saskatchewan.

 «Nous retrouvons, dans le rapport Fraser, une certaine stabilité, ainsi que des légères améliorations dans certaines catégories, ce qui est une bonne nouvelle pour l’ensemble de l’industrie. La stabilité et la prévisibilité sont essentielles au développement de projets minier. Lors des cinq dernières années le Québec c’est maintenu parmi les dix meilleures juridictions pour l’attrait à l’investissement. Il est important de poursuivre nos efforts afin de maintenir notre place parmi les meilleurs», a déclaré M. Mathieu Savard, président du conseil d’administration de l’AEMQ.                                    

L’AEMQ considère qu’il faut également évaluer avec prudence les tendances qui se dessinent pour les prochaines années. Une attention particulière doit être portée dans l’analyse aux éléments qui sont le plus susceptible de modifier l’attrait du Québec sur la scène mondiale.

À titre d’exemple, nous retrouvons dans le rapport, la préoccupation grandissante des explorateurs quant à la validité des claims miniers actuels; cela ajoute de l’incertitude concernant le développement de futurs projets d’exploration. Les délais dans l’émission des autorisations et la lourdeur administrative encadrant nos activités sont également des préoccupations majeures pour les PME d’exploration, puisque les délais ajoutent des coûts et rendent complexe la gestion des claims.

« Le Québec a longtemps été un précurseur dans les catégories de la qualité de l’information géologique et celle de la disponibilité et la qualité de la main d’œuvre. Cinq autres provinces canadiennes nous devancent maintenant en ce qui a trait à la qualité de l’information géologique accessible. Aussi, la disponibilité de la main-d’œuvre s’avérera un des plus important défi de notre secteur dans les prochaines années. Globalement, le rapport d’aujourd’hui est excellent pour le développement de la filière minérale québécoise et de nos régions ressources », a déclaré Mme Valérie Fillion, directrice générale de l'AEMQ.

https://www.fraserinstitute.org/sites/default/files/annual-survey-of-mining-companies-2018.pdf

À propos de l’Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ)
L’AEMQ est une association professionnelle et industrielle représentant les intervenants œuvrant dans le domaine de l'exploration minière au Québec. Fondée en 1975, l’Association a comme mission de promouvoir l'exploration durable et responsable des ressources minérales du Québec et leur contribution essentielle à l'économie québécoise. Elle rassemble 1200 membres individuels (prospecteurs, géologues, géophysiciens, courtiers, fiscalistes, avocats, etc.) et 180 membres corporatifs issus de la filière minérale québécoise (sociétés juniors et majeures d'exploration minière, sociétés d’exploitation, firmes d'ingénieurs-conseils en géologie, géophysique, entreprises de forages, sociétés de services, équipementiers, etc.). Elle est dirigée par un conseil d'administration de quinze personnes issues des différentes composantes de l'exploration minière. L’Association organise annuellement Xplor, un congrès qui rassemble la filière minérale québécoise à Montréal les 23 et 24 octobre 2019.

Source et Renseignements :
Valérie Fillion
Directrice générale
819 762-1599 poste 224
dg@aemq.org